Le recours au sexe transactionnel et ses liens avec le risque du VIH parmi deux populations clés de l’Afrique de l’Ouest

par Cheick Haïballa Kounta

Thèse de doctorat en Recherche clinique et Santé Publique

Sous la direction de Bruno Spire.

Le président du jury était Jean Gaudart.

Le jury était composé de Jean Gaudart, Didier Koumavi Ekouevi, Marie Préau, Valériane Leroy, Udi Davidovich.

Les rapporteurs étaient Didier Koumavi Ekouevi, Marie Préau.


  • Résumé

    En Afrique, l’infection par le virus de l’immunodéficience humaine (VIH) est essentiellement transmise par voie sexuelle. Dans ce contexte, les professionnel(le)s du sexe (PS) et leurs clients sont exposés à un risque accru de VIH, principalement en raison du nombre élevé de leurs partenaires sexuels et de leurs comportements sexuels à risque. Les liens étroits entre sexe transactionnel et vulnérabilité au VIH sont reconnus depuis le début de l’épidémie du VIH, et sont l’objet d’une littérature très abondante qui ne cesse de se développer. En revanche, peu de données probantes sont disponibles sur ces liens chez (1) les hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes (HSH) et (2) les populations migrantes des zones d’orpaillage traditionnelles en Afrique de l’Ouest. Ce travail de thèse évalue ces liens parmi ces deux populations clés, à partir des données recueillies dans le cadre (1) d’une cohorte interventionnelle réalisée en 2015 auprès des HSH dans quatre pays de l’Afrique de l’Ouest (Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Mali et Togo), et (2) de l’enquête transversale d’un contrat d’initiation réalisée en 2015 auprès de la population du site d’orpaillage traditionnel de Kôkôyô au Mali. Cette thèse a permis de caractériser les profils de risque des HSH impliqués dans le sexe transactionnel et ceux des professionnelles de sexe. Les résultats montrent que ces participants présentent des vulnérabilités socioéconomiques ainsi que des comportements sexuels à risque associés à leur pratique augmentant ainsi leur risque d’exposition au VIH. Ces résultats contribuent ainsi à mieux optimiser la mise en place des interventions de prévention du VIH adaptées à ces populations clés.

  • Titre traduit

    The transactional sex and its links to HIV risk among two key populations in West Africa


  • Résumé

    In Africa, HIV infection is primarily sexually transmitted. In this context, sex workers and their clients are at increased risk of HIV, mainly because of the high number of their sexual partners and their risky sexual behaviours. The close links between transactional sex and HIV vulnerability have been recognized since the beginning of the HIV epidemic, and are the subject of a large and growing literature. In contrast, there is limited evidence on these links in (1) men who have sex with men (MSM) and (2) migrant populations in traditional gold mining areas in West Africa. This thesis examines the links between transactional sex and HIV risk among these two key populations, based on data collected in the framework of (1) an interventional cohort carried out in 2015 with MSM in four West African countries (Burkina Faso, Côte d'Ivoire, Mali and Togo) and (2) a cross-sectional feasibility study conducted in 2015 among migrant populations in a traditional gold mining site in Kôkôyô, Mali. This thesis characterized HIV risk profiles of MSM involved in transactional sex and female sex workers. The results show that these participants have socioeconomic vulnerabilities and risky sexual behaviors associated with their practice, increasing their risk of exposure to HIV infection. These results call for better adapted HIV prevention interventions to be implemented for these key populations.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université d'Aix-Marseille. Service commun de la documentation. Bibliothèque électronique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.