Thèse soutenue

Éthique des soins et douleur aiguë : l'application des prescriptions médicales des opiacés par les infirmières en soins postopératoires et l'utilisation de l'hypnose dans les douleurs induites par les soins

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Maria Dolores Cano Romero
Direction : Maria Teresa Muñoz SastreBruno Quintard
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychologie
Date : Soutenance le 11/01/2019
Etablissement(s) : Toulouse 2
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Comportement, Langage, Éducation, Socialisation, Cognition (Toulouse)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre d’Etudes et de Recherches en Psychopathologie et Psychologie de la Santé / CERPPS
Jury : Président / Présidente : Félix Fernando Monteiro Neto
Examinateurs / Examinatrices : Maria Teresa Muñoz Sastre, Bruno Quintard, Francisco Javier Labrador
Rapporteurs / Rapporteuses : Félix Fernando Monteiro Neto, Francisco Javier Labrador

Mots clés

FR  |  
EN

Mots clés contrôlés

Résumé

FR  |  
EN

Cette contribution scientifique concerne l’éthique des soins prodigués aux patients doulou-reux. En s’appuyant sur la Théorie Fonctionnelle de l’Intégration de l’Information de N.H. Anderson (1981), deux axes sont présentés. Dans le premier, centré sur le traitement pharmacologique, 395 individus, dans 72 scénarii, ont jugé des conditions d’acceptabilité de refuser de délivrer un antalgique opiacé à un patient qui demande en phase postopératoire. Six facteurs ont été étudiés : l’âge, le degré de douleur, le nombre de demandes, le niveau de risque, le résultat de l’intervention chirurgicale et la stratégie de traitement. Dans le deuxième axe de recherche, centré sur le traitement non pharmacologique, 201 individus, dans 48 scénarii, ont jugé du degré d’acceptabilité de l’utilisation de l’hypnose dans le soulagement de la douleur aiguë induite par les soins. Quatre facteurs ont été étudiés : la douleur traduite à un soin, l’âge-identité du patient, la stratégie de traitement, et la formation reçue par l’hypnotiseur. Dans les cinq clusters de notre première étude, les facteurs les plus influents sont « le risque » et « la douleur ». Par ailleurs, le facteur « âge » ne semble pas influencer le degré d’acceptabilité, respectant donc le principe de justice. Cependant, dans notre deuxième étude, il apparaît que les quatre facteurs étudiés impactent le degré d’acceptabilité y compris l’âge, contrairement aux résultats de la première étude. Nous avons déterminé huit clusters en fonction du poids accordé aux différentes combinaisons de ces facteurs. Les facteurs ayant le plus du poids sont « la stratégie de traitement » et « la formation reçue par l’hypnotiseur ». Les résultats montrent différents positionnements des participants face à la douleur aiguë.