Study of the co-translational assembly mechanism of transcription complexes in mammalian cells

par Pooja Mukherjee

Thèse de doctorat en Aspects moléculaires et cellulaires de la biologie

Sous la direction de Laszlo Tora.

Le président du jury était Martine Collart.

Le jury était composé de Laszlo Tora, Martine Collart, Joseph Marsh, Thomas Sexton.

Les rapporteurs étaient Martine Collart, Joseph Marsh.

  • Titre traduit

    Etude des mécanismes d'assemblage co-traductionnel des complexes protéiques impliqués dans la transcription dans les cellules de mammifère


  • Résumé

    La majorité des processus biologiques sont réalisés par des complexes protéiques multisubunités dans les cellules et une quantité importante d'énergie est requise par les cellules pour construire ces énormes complexes. Contrairement aux bactéries, les gènes codant pour les protéines sont dispersés dans le génome des eucaryotes, ce qui complique la compréhension de l'assemblage des complexes protéiques. En utilisant l'immunoprécipitation d'ARN suivie par la détection des ARNm à l'échelle du génome par analyse par micropuce, ARN molécule unique, FISH, immunofluorescence, cellules souches embryonnaires knock-out de souris et approches de permutation de domaines, nous montrons que les complexes de transcription multisubunit de mammifère s'assemblent de manière co-traductionnelle. Nous démontrons que les domaines de dimérisation et leurs positions dans les sous-unités en interaction déterminent la voie d'assemblage de co-traduction (simultanée ou séquentielle). En outre, les expériences cytoplasmiques IF-smFISH et bicolores smFISH indiquent que l'assemblage de co-traduction décrit se produit clairement dans le cytoplasme de cellules humaines. Des résultats identiques dans les cellules de levure, de souris et humaine suggèrent que l'assemblage par co-traduction est un mécanisme général chez les eucaryotes, qui pourrait être nécessaire pour éviter les interactions non spécifiques et l'agrégation de protéines dans la cellule.


  • Résumé

    Majority of the biological processes are carried out by multisubunit protein complexes in cells and a significant amount of energy is required by the cells to build these huge complexes. Unlike bacteria, genes encoding proteins are dispersed in the genome of eukaryotes and this makes the assembly of protein complexes more complicated to understand. By using RNA immunoprecipitation followed by genome-wide detection of mRNAs by microarray analysis, single molecule RNA FISH, immunofluoresence, mouse knock-out embryonic stem cells and domain swapping approaches, we show that the mammalian multisubunit transcription complexes assemble co-translationally. We demonstrate that the dimerization domains and their positions in the interacting subunits determine the co-translational assembly pathway (simultaneous or sequential). Furthermore, cytoplasmic IF-smFISH and two-colour smFISH experiments indicate that the described co-translational assembly is clearly occurring in the cytoplasm of human cells. Identical results in yeast, mouse and human cells suggests that co-translational assembly is a general mechanism in eukaryotes which might be necessary to avoid non-specific interactions and protein aggregation in the cell.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université de Strasbourg. Bibliothèque électronique du Services des bibliothèques 063.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.