Thèse soutenue

Conscience et Idéalité : la théorie phénoménologique de Husserl (de ses travaux mathématiques jusqu'aux Ideen I)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Arkadi Nedel
Direction : Anne Merker
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Philosophie
Date : Soutenance le 27/09/2019
Etablissement(s) : Strasbourg
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale des Humanités (Strasbourg ; 2009-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre de recherches en philosophie allemande et contemporaine (Strasbourg)
Jury : Président / Présidente : Jacob Rogozinski
Examinateurs / Examinatrices : Françoise Dastur
Rapporteurs / Rapporteuses : Philippe Cabestan, Natalie Depraz

Résumé

FR  |  
EN

La première partie de notre travail s᾿est attachée à remonter aux racines mathématiques de la phénoménologie primitive de Husserl (jusqu᾿aux Recherches logiques). La pierre angulaire de cette recherche des fondements est l᾿émergence du sujet (cogito) qui, non seulement combine certains traits du sujet kantien, mais dans le même temps se distingue de ce dernier par son caractère plus autonome. La seconde étape – que l᾿on peut qualifier de « transitoire » dans la constitution de la théorie phénoménologique de la connaissance – se déroule dans les années 1906/07, alors que Husserl travaille sur son Einleitung. C᾿est un texte important à deux égards au moins : historique et méthodologique. Premièrement, il marque une rupture définitive avec tout ce qui concerne le domaine psychologique et élève la phénoménologie au rang de théorie unique de la connaissance. Husserl développe entre autres sa critique radicale de l᾿école immanentiste (Schuppe, Rehmke) ; école philosophiquement pourtant plus proche de Husserl, mais qui conserve une forte approche psychologique et ne peut donc être traitée que comme un adversaire. Le pinacle, ce sont les Ideen I. Cet ouvrage marque la complétude structurelle de la théorie phénoménologique de la connaissance. Là, Husserl esquisse son but : décrire le processus de la connaissance du point de vue du sujet transcendantal, donc phénoménologiquement. D᾿un côté celles-ci sont, à la différence des ouvrages antérieurs, l᾿aboutissement logique de toutes les réflexions de Husserl depuis ses écrits mathématiques ; d᾿un autre côté, les Ideen I mettent en branle la praxis phénoménologique en tant que telle. Le sujet de la connaissance n᾿est pas une figure nouvelle ni totalement inventée : il s᾿agit d᾿un sujet reconstitué au cours du développement de la méthode phénoménologique, apparu initialement dans la métaphysique et les mathématiques du XIXème siècle.