Thèse soutenue

Étude de la dynamique de photodissociation de molécules ionisées en couche interne par spectroscopie de moment

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Moustafa Zmerli
Direction : Marc SimonRenaud Guillemin
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Chimie physique et Chimie analytique
Date : Soutenance le 24/09/2019
Etablissement(s) : Sorbonne université
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Chimie physique et chimie analytique de Paris Centre (Paris ; 2000-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire de chimie physique-matière et rayonnement (Paris ; 1997-....)
Jury : Président / Présidente : Marie Jardat
Examinateurs / Examinatrices : John Bozek
Rapporteurs / Rapporteuses : Niloufar Shafizadeh, Patrick Rousseau

Résumé

FR  |  
EN

Nous avons étudié expérimentalement la relaxation d'un système atomique ou moléculaire après l'ionisation en couche interne par un photon X (2-12 keV). Les différents processus de désexcitation ont été étudiés par la mesure en coïncidence du vecteur vitesse des électrons et des ions émis permettant d'avoir accès aux corrélations vectorielles entre l’émission électronique et les ions formés. Des nouveaux résultats expérimentaux sur l’argon combinés avec le modèle théorique développé par nos collaborateurs ont montré l'existence effective du transfert de moment angulaire dû au PCI entre le photoélectron et l’électron Auger. Ensuite, la dynamique de fragmentations à trois corps de CS2 a été interprétée à l’aide d’une combinaison des observables géométriques et cinématiques. Nous avons montré qu’il est possible de séparer les différents types de fragmentation dans le cas où il s’agit d’une voie mixte. Puis, nous avons montré la présence des voies concertées massives après la dissociation de CH3I. Nous avons également observé la formation des ions multiplement chargés où la charge totale induite est arrivée jusqu’à +15 par l’absorption d’un photon unique. Enfin, la comparaison des données expérimentales avec des simulations de modèle d’explosion coulombienne nous a permis d’estimer le déplacement moyen de la molécule durant la relaxation.