Thèse soutenue

Adventices et érosion du sol dans un agroécosystème montagneux du Nord de la Thaïlande : une étude multidisciplinaire

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Margot Neyret
Direction : Christian Valentin
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Écologie
Date : Soutenance le 24/06/2019
Etablissement(s) : Sorbonne université
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences de l'environnement d'Île-de-France (Paris ; 1992-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Institut d’écologie et des sciences de l’environnement de Paris (1997-....)
Jury : Président / Présidente : Luc Abbadie
Examinateurs / Examinatrices : Alexia Stokes
Rapporteurs / Rapporteuses : Sabrina Gaba, Georg Cadisch

Résumé

FR  |  
EN

L’intensification et l’expansion rapide des plantations d’Hevea brasiliensis dans les régions montagneuses d’Asie du sud-est ont conduit à d’importantes dégradations de la biodiversité et des sols. Les adventices remplissent de nombreux services écosystémiques, par exemple en favorisant la protection du sol. Toutefois, les facteurs déterminants les communautés adventices et les interactions entre ces communautés et les processus d’érosion du sol sont mal connus. Deux fois par an entre 2016 et 2018, nous avons réalisé des inventaires botaniques et des caractérisations de sol à Huai Lang, au nord de la Thaïlande, dans 20 champs appartenant à plusieurs types d’usage du sol correspondant à la transition entre les cultures annuelles et les plantations d’hévéa. Nous avons également mesuré l’effet du type d’usage du sol et des pratiques de désherbage sur le ruissellement et le détachement de sol dans des plots d’érosion de 1m2. Les résultats montrent que la composition des communautés végétales est principalement déterminée par le type d’usage du sol et les caractéristiques paysagères, tandis que la variabilité temporelle des cultures dans un champ favorise la diversité végétale. Les plantations d’hévéa matures supportent des communautés végétales très spécifiques et favorisent des ruissellements et détachements de sol très élevés, qui peuvent être atténués par la présence d’un couvert végétal. Cette étude suggère que la conservation du sol et de la biodiversité en Asie du sud-est devrait être fondée à la fois sur une évolution des pratiques à l’échelle du champ (par ex. désherbage moins intense) et sur un maintien de la diversité spatiale des agroécosystèmes.