Thèse soutenue

Du galop libre à la posture honorifique : fonction et représentation des équidés au Proche-Orient au 1er millénaire av. J.-C

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Margaux Spruyt
Direction : Jean-Yves MonchambertMarjan Mashkour
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire de l'art
Date : Soutenance le 02/12/2019
Etablissement(s) : Sorbonne université
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Histoire de l’art et archéologie (Paris ; 1992-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Orient et Méditerranée (Ivry-sur-Seine, Val de Marne ; 2006-....)
: Muséum national d'histoire naturelle (Paris ; 1793-....)
Jury : Président / Présidente : Maria Grazia Masetti-Rouault
Examinateurs / Examinatrices : Gareth Brereton, Pierre Briant, Claude Guintard, Ludovic Orlando
Rapporteurs / Rapporteuses : Maria Grazia Masetti-Rouault, Béatrice Muller

Résumé

FR  |  
EN

Les empires néo-assyrien et perse achéménide qui ont conquis le Proche-Orient au 1er millénaire av. J.-C., ont eu un besoin constant en équidés. Ces animaux sont non seulement utilisés dans les cadres militaires et cynégétiques, mais ils apparaissent également lors des défilés. Objets de prestige et convoitise, ils représentent une part importante des tributs livrés aux rois conquérants. Victorieux, les souverains ont orné les murs de leurs palais de bas-reliefs narrant leurs hauts faits. Les équidés, tant domestiques que sauvages, y occupent une place centrale. Ce travail doctoral propose une étude iconographique centrée sur la figure de l’équidé afin de procéder à un déplacement analytique qui permet d’appréhender les images impériales sous un autre angle. Ainsi, après avoir enregistré et décrit formellement les équidés, nous avons procédé à diverses analyses précises des détails de leur figuration. Les résultats attestent notamment du caractère réaliste et naturaliste des représentations, qui permet de renforcer l’adhésion des observateurs. Ces figurations prennent part au discours politique et idéologique véhiculé par les reliefs car elles développent un langage visuel spécifique qui montre une armée disciplinée, invincible et victorieuse, à l’image du monarque qui la mène. Enfin, les équidés apparaissent dans les scènes de défilés, leur pas assuré et digne ajoute encore à la gloire de celui vers lequel ils se dirigent : le souverain.