L’abstrait et le concret dans la physique de Leibniz à l’époque de Mayence

par Ryoko Konno

Thèse de doctorat en Philosophie

Sous la direction de Jean-Baptiste Rauzy.

Soutenue le 25-03-2019

à Sorbonne université , dans le cadre de École doctorale Concepts et langages (Paris) , en partenariat avec Sciences, éthique, société (Paris) (laboratoire) .

Le président du jury était Anne-Lise Rey.

Le jury était composé de Martine de Gaudemar, Claire Fauvergue, Jean-Pascal Anfray.

Les rapporteurs étaient Anne-Lise Rey, Martine de Gaudemar.


  • Résumé

    Dans ce présent travail, nous étudions la signification de l’abstrait et du concret dans la physique de Leibniz à l’époque de Mayence (1668–1672 mars). La question la plus profonde pour Leibniz est de savoir dans quelle condition le concept d’action est appliqué au corps. Sa recherche de la physique consiste en deux points : la recherche de la signification spécifique de la substantialité du corps ; celle de l’extension de l’usage de l’action – ce sont les sujets essentiels dans sa théologie –. Ainsi comprise, sa réflexion déployée dans la théorie abstraite montrent que les concepts principaux dans sa théorie du mouvement — la grandeur, la figure et le mouvement— sont analysés selon l’usage propre dans chaque contexte où ils apparaissent. Grâce à cette recherche, Leibniz reçoit le concept du conatus par Hobbes. Ces réflexions préparent le côté abstrait de sa physique. Au cours de ce processus, Leibniz s’intéresse également à la sensibilité de l’être humain. Ce sujet est relié à la fois à la recherche de la nature fondamentale de l’esprit humain et à la phénoménalité du monde corporel. Par cela, Leibniz ouvre la voie pour la recherche du phénomène sensible dans la physique qui constitue le côté concret de sa physique. Avec l'ensemble de ses recherches, Leibniz fonde ses deux premiers traités dans la physique qui se répartissent en une théorie abstraite et une théorie concrète. Pour les intégrer dans la physique, Leibniz emploie le concept d’oeconomia. Ceci montre que le jeune Leibniz cherche à établir une physique qui s’enracine dans sa métaphysique, mais qui est autonome en tant que science.

  • Titre traduit

    The abstract and the concrete in Leibniz's physics at the time of Mainz


  • Résumé

    In this present work, we study the meaning of the abstract and the concrete in Leibniz's physics at the time of Mainz (1668–1672 March). Through his hylomorphism, Leibniz seeks to consider how to apply the concept of action to the body. In this perspective, his search for physics consists of two points: 1/ the search for the specific meaning of the substantiality of the body; 2/ the search for the extension of the use of action – these are essential subjects in his theology –. Thus understood, his reflection in the abstract theory show that the main concepts in his theory of motion - size, figure and movement - sont analysed according to the specific use in each context in which they appear. Thanks to this research, Leibniz receives the concept of the conatus by Hobbes. These reflections prepare the abstract side of his physics. During this process, Leibniz is also interested in the sensitivity of the human being. This subject is related both to the search for the fundamental nature of the human mind and to the phenomenality of the corporeal world. From there, Leibniz opened the way for the search for the sensitive phenomenon in physics, which constitutes the concrete side of his physics. With all this research, Leibniz founded his first two treatises in physics, which are divided into abstract theory and concrete theory. To integrate abstract and concrete into physics, Leibniz uses the concept of oeconomia. This shows that young Leibniz is seeking to establish physics, which is rooted in his metaphysics, but which is autonomous as a science.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Sorbonne Université. Bibliothèque des thèses électroniques.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.