Thèse soutenue

De l’information scientifique sur le changement climatique à l’analyse économique pour l’adaptation des infrastructures : le cas de la SNCF

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Vivian Dépoues
Direction : Jean-Paul VanderlindenTommaso Venturini
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance le 05/02/2019
Etablissement(s) : Université Paris-Saclay (ComUE)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences de l'Homme et de la société (Sceaux, Hauts-de-Seine ; 2015-2020)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Cultures, environnements, Arctique, représentations, climat (Guyancourt, Yvelines ; 2010-....) - Cultures- Environnements- Arctique- Représentations- Climat / CEARC
établissement opérateur d'inscription : Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines (1991-....)
Jury : Président / Présidente : Ángel Aparicio
Examinateurs / Examinatrices : Jean-Paul Vanderlinden, Tommaso Venturini, Ángel Aparicio, Anders Blok, Arnaud Diemer, Franck Lecocq, Aude Bodiguel, Benoît Leguet
Rapporteurs / Rapporteuses : Anders Blok, Arnaud Diemer

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse analyse in situ ce que SNCF fait de la connaissance disponible sur les impacts du changement climatique et ce que cette connaissance lui fait. Elle cherche à contribuer à la compréhension de la manière dont les grandes organisations se transforment face au changement global décrit et annoncé. L’enquête, ancrée dans une méthodologie inductive, s’attache dans un premier temps à décrire en détails l’adaptation telle qu’elle se fait aujourd’hui chez SNCF, principalement de manière réactive et incrémentale, au niveau du siège et au niveau régional (en Occitanie). Elle explore ensuite les conséquences possibles des changements les plus disruptifs anticipés par les études scientifiques et le rapport des différents acteurs à d’éventuelles transformations plus profondes de leurs visions et de leurs pratiques. Le dispositif mis en place montre que l’accroissement de la variabilité et des extrêmes climatiques est effectivement à même d’interroger les politiques internes et les choix stratégiques de l’entreprise. Au-delà des enjeux techniques, l’adaptation pose des questions de gouvernance qui débordent largement SNCF. Face à ces problématiques, une diversité de postures d’adaptation et de configurations des jeux d’acteurs est possible. Ce résultat amène à préciser les questions économiques pertinentes pour mieux répondre à ce défi. Cette thèse défend que c’est en tant que science de la gouvernance que l’économie, aux côtés d’autres heuristiques, a un rôle clé pour déployer les implications du changement climatique, explorer les pistes et ouvrir des espaces où mettre en débat les choix d’adaptation sur le long terme.