Thèse soutenue

Détection et agrégation d'anomalies dans les données issues des capteurs placés dans des smartphones

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Van Khang Nguyen
Direction : Éric RenaultViet Hai Ha
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Réseaux, information et communications
Date : Soutenance le 17/12/2019
Etablissement(s) : Université Paris-Saclay (ComUE)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences et technologies de l'information et de la communication (Orsay, Essonne ; 2015-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Télécom SudParis (Evry ; 2012-....) - Département Réseaux et Services Multimédia Mobiles / RS2M - Services répartis- Architectures- MOdélisation- Validation- Administration des Réseaux / SAMOVAR
Equipe de recherche : R3S
établissement de préparation de la thèse : Institut national des télécommunications (Evry ; 1979-2009)
Jury : Président / Présidente : Véronique Vèque
Examinateurs / Examinatrices : Selma Boumerdassi, Hacène Fouchal, Thi-Mai-Trang Nguyen
Rapporteurs / Rapporteuses : Selma Boumerdassi, Hacène Fouchal

Résumé

FR  |  
EN

Les réseaux sans fils et mobiles se sont énormément développés au cours de ces dernières années. Loin d'être réservés aux pays industrialisés, ces réseaux nécessitant une infrastructure fixe limitée se sont aussi imposés dans les pays émergents et les pays en voie de développement. En effet, avec un investissement structurel relativement très faible en comparaison de celui nécessaire à l'implantation d'un réseau filaire, ces réseaux permettent aux opérateurs d'offrir une couverture du territoire très large, avec un coût d'accès au réseau (prix du téléphone et des communications) tout à fait acceptable pour les utilisateurs. Aussi, il n'est pas surprenant qu'aujourd'hui, dans la majorité des pays, le nombre de téléphones sans fil soit largement supérieur à celui des téléphones fixes. Ce grand nombre de terminaux disséminé sur l'ensemble de la planète est un réservoir inestimable d'information dont une infime partie seulement est aujourd'hui exploitée. En effet, en combinant la position d'un mobile et sa vitesse de déplacement, il devient possible d'en déduire la qualité des routes ou du trafic routier. Dans un autre registre, en intégrant un thermomètre et/ou un hygromètre dans chaque terminal, ce qui à grande échelle impliquerait un coût unitaire dérisoire, ces terminaux pourraient servir de relai pour une météo locale plus fiable. Dans ce contexte, l'objectif de cette thèse consiste à étudier et analyser les opportunités offertes par l'utilisation des données issues des terminaux mobiles, de proposer des solutions originales pour le traitement de ces grands masses de données, en insistant sur les optimisations (fusion, agrégation, etc.) pouvant être réalisées de manière intermédiaire dans le cadre de leur transport vers les(s) centre(s) de stockage et de traitement, et éventuellement d'identifier les données non disponibles aujourd'hui sur ces terminaux mais qui pourraient avoir un impact fort dans les années à venir. Un prototype présentant un exemple typique d'utilisation permettra de valider les différentes approches.