Thèse soutenue

Impact des signifiants maternels sur les stabilisations des psychoses : les cas de Jiddu Krishnamurti et Ludwig Wittgenstein

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Dominique Chabannes
Direction : François Sauvagnat
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychologie
Date : Soutenance le 26/09/2019
Etablissement(s) : Rennes 2
Ecole(s) doctorale(s) : Éducation, Cognition, Langages, Interactions, Santé (ECLIS) (Nantes)
Partenaire(s) de recherche : COMUE : Université Bretagne Loire (2016-2019)
Jury : Président / Présidente : Yohan Trichet
Examinateurs / Examinatrices : Houari Maïdi
Rapporteurs / Rapporteuses : Yolande Govindama, Fabienne Hulak

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse s’est donné pour but d’examiner dans quelle mesure des formes de stabilisations spécifiques des psychoses peuvent s’appuyer sur certaines caractéristiques du désir maternel. Freud et Lacan ont convenu que, dans l’inconscient, le sexuel, pour les deux sexes, se fonde sur une méconnaissance du sexe féminin et n’est représenté que par une seule figure symbolique, le phallus. Par conséquent, la différence des sexes ne peut s’y inscrire comme telle ; c’est ce que Freud a nommé en 1923 le « primat du phallus ». La fonction paternelle ou fonction phallique, porteuse d’une entame du sujet et d’une limitation de sa jouissance par l’accès au langage organise les représentations inconscientes du sujet. Ces aspects théoriques de la psychanalyse s’organisent essentiellement autour du père et la mère ne semble y intervenir que par ses soins, dans le réel. Lacan a cependant mis en avant que la mère joue un rôle dans la transmission du phallus symbolique en désignant à son enfant le père comme porteur du phallus symbolique et comme objet orientant son désir. La psychose se caractérise par l’inopérance du signifiant du Nom-du-Père. Dans ce travail, nous nous sommes questionné sur le rôle des signifiants maternels lorsque la transmission phallique a échoué. Nous nous sommes intéressé à deux sujets, auteurs contemporains connus : Krishnamurti, orateur philosophique indien et Ludwig Wittgenstein, philosophe analytique. Ces deux sujets étaient de structure psychotique. Krishnamurti décompensa une psychose de type schizophrénique. La psychose de Ludwig Wittgenstein resta compensée tout au long de son existence. Nous proposons ici une lecture des trajets de vie et des choix subjectifs de ces deux personnages selon un angle de vision qui donne à l’objet maternel un rôle prépondérant.