Thèse soutenue

Le principe d'identité dans la rationalité scientifique d’Émile Meyerson : fondements, applications et limites

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Mokhtar Benammar
Direction : Jean SeidengartZeïneb Ben Saïd Cherni
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Epistémologie, Histoire des sciences et des techniques
Date : Soutenance le 21/10/2019
Etablissement(s) : Paris 10 en cotutelle avec Université de Tunis (1958-1988)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Connaissance, langage, modélisation (Nanterre, Hauts-de-Seine ; 1992-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Institut de recherches philosophiques (Nanterre ; 2015-....)
Jury : Président / Présidente : Mélika Ouelbani
Examinateurs / Examinatrices : Jean Seidengart, Zeïneb Ben Saïd Cherni, Mélika Ouelbani, Youssef Ben Othman, Bernadette Bensaude-Vincent
Rapporteurs / Rapporteuses : Youssef Ben Othman, Bernadette Bensaude-Vincent

Résumé

FR  |  
EN

La thèse principale de Meyerson consiste à dire que malgré les changements des explications scientifiques au cours de l’histoire, la forme de la pensée scientifique reste la même. L’examen des théories scientifiques, anciennes et nouvelles, lui ont permis de définir la nature psychologique de la pensée scientifique. Cette nature s’appuie sur deux principes : le principe de légalité et de causalité. Le premier principe permet de dégager un certain degré de régularité du réel. Alors que le deuxième principe permet l’identification de l’antécédent et du conséquent des phénomènes. La philosophie scientifique de Meyerson affirme que les deux principes de la raison sont de nature factuelles plutôt que normatives. Mais elle affirma aussi que nous appliquons les deux principes chaque fois que nous pensons. La philosophie scientifique de Meyerson suppose que le principe de légalité est fondé sur une structure sous-jacente, à savoir le principe de causalité ou ce que Meyerson appelle l’ontologie.