Contester et Consentir : la mise au travail des membres d’une organisation alternative : le cas d’un supermarché coopératif et participatif

par Alban Ouahab

Thèse de doctorat en Sciences de Gestion

Sous la direction de Aurélien Acquier.

Soutenue le 11-10-2019

à Paris 1 , dans le cadre de École doctorale de Management Panthéon-Sorbonne (Paris) , en partenariat avec ESCP Europe (École associée) et de ESCP-EAP / ESCP-EAP (laboratoire) .

Le président du jury était Valérie Fournier.

Le jury était composé de Aurélien Acquier, Valérie Fournier, Thibault Daudigeos, Florence Palpacuer, David Courpasson.

Les rapporteurs étaient Thibault Daudigeos, Florence Palpacuer.


  • Résumé

    Cette thèse explore la question du travail dans les organisations alternatives et propose de répondre à la problématique suivante : « comment peut s’organiser le travail dans des organisations alternatives en dehors d’une logique capitaliste ? Une telle organisation peut-elle permettre de s’émanciper des formes d’oppression au travail ? » Le manuscrit s’inscrit dans les perspectives émergentes sur les organisations alternatives qui proposent un nouveau projet d’émancipation pour les études critiques en gestion. Nous proposons une approche anti-essentialiste de ces organisations et insistons sur l’enjeu théorique des imaginaires pour accompagner l’émergence des alternatives. Toutefois, nous soulignons l’absence de recherche sur le travail dans ces organisations. Nous mobilisons ici la Labour Process Theory qui a particulièrement étudié la question de l’aliénation au travail en expliquant le contrôle du travail par des dispositifs coercitifs et une fabrique du consentement. Classiquement centrées sur les conflits sociaux dans les usines, nous suivons de récentes perspectives qui appliquent la LPT à de nouvelles organisations. Nous présentons ensuite notre méthode ethnographique de trois ans au sein de la Louve, le premier supermarché coopératif et participatif de France. Les résultats montrent que le travail à la Louve se présente comme la construction permanente d’un équilibre entre contestation et consentement. Les membres de la coopérative s’organisent pour porter un projet contestataire vis-à-vis des acteurs traditionnels de la grande distribution. Un imaginaire commun est activement fabriqué, régulé et stabilisé pour obtenir le consentement des membres au contrôle de leur travail volontaire. Cependant, cette organisation du travail maintient des rapports de pouvoir au sein de la coopérative en séparant les coopérateurs qui contrôlent la politique alimentaire de l’organisation de ceux qui ne font que la mettre en œuvre.

  • Titre traduit

    Contest and Consent : free labour in alternative organizations : the cas of a new-wave food coop


  • Résumé

    This thesis explores the issue of labour in alternative organizations to understand “how labour can be organized outside the logic of capitalism? Could it be a source of emancipation?” This research is anchored in perspectives on alternative organizations which emergence proposes a new emancipatory project for critical management studies. We follow an anti-essentialist view of alternative organizations and insist on the theoretical significance of conceptualizing imaginaries to develop those organiza tions. However, we note the lack of research on labour in those alternative structures. To bridge this gap, we draw on Labour Process Theory which particularly explore alienation at work. It explains labour control as the combination of coercive apparatuses and the manufacture of workers’ consent. While originally focused on factory life, we follow recent research on labour process in new contemporary forms of organizations. We then present our ethnographic fieldwork of three years in la Louve, the first new wave food coop in France. Our results show that labour at la Louve is the permanent equilibrium between contestation and consent. Members organize and unite to enact a rejection of mainstream food retailers. A common imaginary is actively manufactured, regulated and stabilized to secure members’ consent to the control of their workforce. This work organization is however not neutral but sustain power relations within the coop. It divides members between those in control of the food policy and those only enforcing this policy through deskilled manual work.



Le texte intégral de cette thèse sera accessible librement à partir du 01-11-2022


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.