Militants et combattants au Burundi : sociogenèse d'une mobilisation partisane (1962-2012)

par Valeria Filomena Alfieri

Thèse de doctorat en Science politique

Sous la direction de Richard Banégas et de Maria Cristina Ercolessi.

Soutenue le 04-12-2019

à Paris 1 en cotutelle avec l'Università degli studi di Napoli "L'Orientale" , dans le cadre de École doctorale de science politique (Paris) , en partenariat avec Institut des mondes africains (France) (équipe de recherche) .

Le président du jury était Gilles Dorronsoro.

Le jury était composé de Richard Banégas, Maria Cristina Ercolessi, Christine Deslaurier, Sandrine Perrot.

Les rapporteurs étaient Rémi Lefebvre, Myriam Aït-Aoudia.


  • Résumé

    En Afrique sub-saharienne, la récurrence de violences et de crises ethniques a fini par dévaloriser l’intérêt d’une étude approfondie des partis politiques, qui sont souvent réduits à l’expression d’identités communautaires ou à un instrument des élites pour la prédation de l’État. Ce travail souhaite remettre à l’honneur l’étude des formations partisanes, et analyse l’articulation entre mobilisation partisane, mobilisation armée et revendications ethniques au Burundi. Il montre que l’ethnicité et la violence ne sont pas des caractéristiques intrinsèques des réalités socio-politiques burundaises, mais font partie du processus de formation du pluralisme. En adoptant une approche antagoniste du politique, qui remet en question les théories libérales, cette thèse analyse la formation du multipartisme comme un processus conflictuel de différenciation politique dont l’ethnicité représente une forme d’expression qui est contingente. Par conséquent, en fonction des configurations du pouvoir politique, nous mettons en lumière les processus d’ethnicisation et de désethnicisation de la vie politique, et nous pouvons ainsi dévoiler les véritables dynamiques de mobilisation partisane qui se cachent derrière l’appel ethnique. Ce faisant, nous montrons que non seulement tout processus social peut devenir politique, mais l’inverse peut se produire : le politique peut structurer le social. L’approche agonistique nous permet également de comprendre la guerre civile de 1993 comme la conséquence de la radicalisation de la confrontation partisane. Nous pouvons ainsi décloisonner l’étude des mouvements partisans et armés et intégrer la violence dans l’analyse des modalités d’action partisane.

  • Titre traduit

    Activists and combatants in Burundi : socio-genesis of a partisan mobilization (1962-2012)


  • Résumé

    In sub-Saharan Africa, the reiteration of multiple cycles of violence and ethnic crises has ultimately led to a lack of interest in a profound study of political parties, that have most often been reduced either to the expression of ethnic identities or to an instrument of elite’s State predation. Against these assumptions, this research contributes to the study of partisan structures in the African continent though an analysis of the articulation between partisan mobilization, armed mobilization and ethnic struggles in Burundi. Our research demonstrates that ethnicity and violence are not intrinsic characteristics of Burundian social political realities but rather a part of the process of political pluralism. Based on the antagonistic approach to politics, this thesis analyses the formation of multiparty system as a conflictual process of political differentiation in with ethnicity plays a contingent and precarious role. We highlight the processes of ethnicity and de-ethnicity of Burundian political life that takes place following the redefinition of political power configurations. In doing so, we unveil the fundamental dynamics that shape partisan mobilization that are most often hidden behind the ethnic appeal. We demonstrate that not only social processes are likely to become political, but also, that politics structure social processes. The agonistic approach also allows us to understand the 1993 civil war as a consequence of the radicalization of partisan confrontation. This opens up to a new approach on the study of political parties and armed movements highlighting the importance of integrating the use of violence in the analysis of partisan action.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Bibliothèque Cujas de droit et de sciences économiques (Paris).
  • Bibliothèque : Bibliothèque électronique de l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.