Thèse soutenue

Performance de marche de patients hémiplégiques après AVC : Déterminants, Réentrainement et Neuromodulation

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Oscar Aze
Direction : Pascal Giraux
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie, Médecine, Santé, Motricité Humaine et Handicap
Date : Soutenance le 16/09/2019
Etablissement(s) : Lyon
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences Ingénierie Santé (Saint-Etienne)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : SAnté INgéniérie BIOlogie Saint-Etienne (Saint-Etienne ; 2016-....)
établissement opérateur d'inscription : Université Jean Monnet (Saint-Étienne ; 1969-....)
Laboratoire : Santé Ingéniérie Biologie Saint-Etienne - Centre Ingénierie et Santé
Jury : Président / Présidente : Vincent Gautheron
Examinateurs / Examinatrices : Pascal Giraux, Paul Calmels, Barnabé Akplogan, Sophie Aranda-Berthouze
Rapporteurs / Rapporteuses : Laurent Bensoussan, Pierre Louis Doutrellot

Résumé

FR  |  
EN

Les AVC constituent une urgence hospitalière. Il faut agir au plus tôt pour sauver la vie du malade, limiter les atteintes neurologiques et réduire les dysfonctionnements ultérieurs. Les survivants d’AVC ont des limitations fonctionnelles et en récupèrent incomplètement dans la grande majorité des cas. La plupart d’entre eux marchent avec des séquelles persistantes, à cause de l’hémiparésie. Les résultats modestes obtenus après la rééducation/réadaptation renforcent le besoin de s’interroger sur la part des déterminants de la marche dans la faible capacité de déambulation des hémiparétiques. La problématique de cette thèse est fondée sur la capacité de marche post-AVC. Son but était de rechercher d’une part, les liens possibles entre les atteintes périphériques du muscle, sa neurophysiologie et les limitations de performances motrices observées chez l’hémiparétique ; et d’autre part, les possibilités d’amélioration des processus de commandes centrales de la marche en rapport avec la plasticité cérébrale grâce à l’utilisation d’une technique innovante, la stimulation transcrânienne à courant directe (tDCS) et par un ré-entrainement.Les résultats obtenus à l’issue des quatre études menées apportent de meilleures connaissances sur l’état fonctionnelle du muscle après l’AVC et sur la possibilité d’améliorer la marche de l’hémiparétique. Un état des lieux de la capacité de marche en prenant pour repère l’environnement socio-économique de la prise comme un des déterminants de l’amélioration de la récupération motrice a permis non seulement de comprendre l’importance de cette donnée (souvent négligée par la littérature), dans la capacité de déambulation et donc d’intégration des hémiparétiques. Les autres études ont ressorti, la part des limitations induites par les modifications musculaires après l’AVC et ont favorisé la conception et la mise en place des stratégies de prise en charge de la marche. L’ensemble des altérations structurelle, biochimique et neurophysiologique du muscle suite à l’AVC participe à l’expression des diverses déficiences motrices observées chez le patient hémiplégique, par un amoindrissement de sa force, sa puissance et son endurance. Dans le cas de la réadaptation de la marche chez l’hémiparétique, deux études ont été conduites en utilisant la tDCS. Elles ont permis de montrer que la tDCS peut améliorer la plasticité cérébrale, observation faite à travers le gain global sur les performances de marche avec une stimulation unique ; mais aussi qu’elle peut être utilisée en stimulation itératives combiné à un programme au ré-entrainement à l’effort.La tDCS à cause de sa portabilité, son utilisation relativement facile et surtout son coût moins élevé reste un outil qui peut facilement s’intégrer au contexte de la prise en charge dans les pays à revenus limités. Les résultats obtenus à travers cette Thèse sont porteurs d’espoir quant à l’amélioration de la performance de marche chez l’hémiplégique vasculaire.