Thèse soutenue

Les analogies de la souveraineté dans le Pantagruel : enquête sur les "mythologies" de Rabelais

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Yoann Dumel
Direction : Bruno PinchardMireille Huchon
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Philosophie - Etude des Systèmes
Date : Soutenance le 23/05/2019
Etablissement(s) : Lyon
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale de philosophie (Lyon ; Grenoble ; 2007-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Sens, texte, informatique, histoire (Paris)
Etablissement opérateur de soutenance : Université Jean Moulin (Lyon ; 1973-....)
Jury : Président / Présidente : Philippe Walter
Examinateurs / Examinatrices : Philippe Walter, Michèle Clément, Gilles Polizzi, Romain Menini
Rapporteurs / Rapporteuses : Michèle Clément, Gilles Polizzi

Résumé

FR  |  
EN

Cette étude porte sur l’implication du paradigme analogique dans les dispositifs d’image des « mythologies pantagrueliques » de Rabelais. Sont tout d’abord étudiés les enjeux problématiques, les configurations et les fonctions qui peuvent être assignés à l’analogie à la Renaissance, principalement dans ses implications poétiques et herméneutiques. Cette approche permet de situer la notion de « mythologie » – par laquelle Rabelais peut qualifier ses œuvres de fiction – dans le champ de l’analogie, en référence à la fable allégorique et aux principes d’une écriture stéganographique qui procède par jeux de correspondance et superposition d’images. L’hypothèse fondatrice d’une relation d’analogie entre la littérarité rabelaisienne et le paradigme du mythe, détermine les modalités de l’investigation herméneutique, principalement consacrée au Pantagruel. Dans la mesure où l’expression de « mythologies galliques » concernerait ce premier opus, la référence à des mythèmes caractéristiques des mythologies celtiques, dans leurs restitutions et leurs reconfigurations au Moyen-âge et à la Renaissance, constitue un fil conducteur de l’enquête. Il s’agit notamment de montrer en quoi les relectures du thème de la Souveraineté, expressément représentée par une figure féminine et féérique dans les mythes celtiques, se rattache aux enjeux de la fiction et à l’objet principal de la narration au sujet du « prince » Pantagruel, tout en engageant des modalités implicites de l’intertextualité et des rapports de correspondance entre les épisodes du récit. L’étude de ces analogies au sujet d’une souveraineté gallique conduit à accorder un rôle déterminant à la fable, enchâssée au beau milieu du livre, que Panurge raconte alors à Pantagruel. Dans cette perspective, nous pourrons envisager en quoi cette fable, dans son obscénité caractérisée, se présente comme un dispositif symbologique particulièrement riche, dont le langage des images impliquerait, notamment, des connotations relevant de la métaphysique et de la théologie.