Thèse soutenue

La mobilité et l'échec scolaire des étudiants mahorais en Métropole.

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Nassabia Ali Saanda
Direction : Laurent Cosnefroy
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de l'éducation
Date : Soutenance le 10/07/2019
Etablissement(s) : Lyon
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences de l'éducation, psychologie, information et communication (Lyon)
Partenaire(s) de recherche : établissement opérateur d'inscription : Université Lumière (Lyon ; 1969-....)
Laboratoire : ECP - Éducation, Cultures, Politiques (Lyon ; 2011-....)
Jury : Président / Présidente : Geneviève Lameul
Examinateurs / Examinatrices : Nicolas Roinsard
Rapporteurs / Rapporteuses : Jean Heutte

Résumé

FR  |  
EN

Après le bac, la majorité des jeunes mahorais poursuit leurs études en métropole, une mobilité favorisée par le manque de formation supérieure sur l’île. Le taux d’échec très important par rapport à la moyenne nationale en première année a suscité notre intérêt à ce sujet. Pourquoi ce public serait-il plus touché par ce phénomène d’échec que les autres ? Quelles enétaient les causes ? Notre objectif a dès lors été, dans un premier temps de définir l’état de la situation en étudiant une cohorte donnée et en la comparant aux résultats nationaux et ensuite trouver les causes de cet échec à partir des résultats de la cohorte étudiée et des entretiens réalisés auprès d’étudiants mahorais. Bien qu’ils aient reçu les mêmes enseignements que leurs camarades métropolitains, le contexte de vie et d’études complexe dans lequel ils déroulent leurs scolarités antérieures impactent grandement leurs résultats scolaires dans le supérieur et les défavorise en termes de compétitivité. La différence socioculturelle très marquée qui les assimile aux étudiants étrangers en mobilité limite leur intégration sociale et académique.