Thèse soutenue

Techniques cognitives pour l’amélioration des acquisitions en simulation de situations médicales critiques

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Marc Lilot
Direction : Jean-Jacques LehotAntoine Duclos
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Recherche clinique. Innovation technologique. Santé publique
Date : Soutenance le 19/12/2019
Etablissement(s) : Lyon
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Interdisciplinaire Sciences-Santé (Villeurbanne ; 1995-....)
Partenaire(s) de recherche : établissement opérateur d'inscription : Université Claude Bernard (Lyon ; 1971-....)
Laboratoire : Health Services and Performance Research (Lyon)
Jury : Président / Présidente : Dominique Chassard
Examinateurs / Examinatrices : Jean-Jacques Lehot, Antoine Duclos, Maxime Cannesson
Rapporteurs / Rapporteuses : Corinne Lejus-Bourdeau, Marion Trousselard

Résumé

FR  |  
EN

L’éducation des sciences de la santé repose sur des bases conceptuelles solides et propose de multiples méthodes pédagogiques au service des acquisitions de compétences. La simulation en santé est un des outils à fort potentiel impact pédagogique. Par les diverses modalités, la simulation haute-fidélité permet de travailler les compétences requises lors de gestion de situation critiques médicales avec une forte implication des apprenants, facilitées par un très grand réalisme d’expérience immersive. Le niveau de stress des participants durant les séances de simulation haute-fidélité affecte leurs performances en simulation, leurs acquisitions, leurs mémorisations et leurs comportements ultérieurs en situation réelle.La thèse présentée ici s’est intéressée aux niveaux de stress ressentis des internes, apprenants en simulation haute-fidélité, ainsi qu’à certaines techniques cognitives développées dans le but d’amélioration des acquisitions et de diminution du niveau de stress. La première étude observationnelle relate du niveau de stress et d’anxiété ainsi que des différences observées parmi les internes lors de leur première session de simulation. La seconde étude montre, dans un essai randomisé, l’effet favorable d’une pause relaxation intégrée avant le débriefing du scénario, sur la mémorisation à trois mois des messages clés critiques du scénario. La troisième étude, ancillaire de la seconde, relate les différences de niveaux de stress et de mémorisation entre les apprenants impliqués activement et ceux observateurs du scénario. La quatrième étude est un essai randomisé qui montre l’intérêt d’une concertation pré-critique en équipe pour l’amélioration des performances techniques en simulation. La cinquième étude est un essai randomisé qui montre les effets favorables, sur les performances non-techniques et le stress en simulation, d’une formation à la gestion du stress préalable et d’une réactivation juste avant scénario. La sixième étude est le protocole de recherche d’un prochain essai randomisé qui visera à comparer les niveaux de stress et les performances des internes durant la simulation, après qu’ils aient pratiqué une respiration relaxante standardisée, guidée ou non par biofeedback de cohérence cardiaque et comparé à un groupe contrôle