Thèse soutenue

Paracyclopina nana : un petit copépode à fort intérêt en écotoxicologie et en aquaculture

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Paul Dayras
Direction : Sami Souissi
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie Marine, Ecologie, Ecotoxicologie
Date : Soutenance le 19/12/2019
Etablissement(s) : Université de Lille (2018-2021)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences de la matière, du rayonnement et de l'environnement (Lille ; 1992-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Laboratoire d'Océanologie et de Géosciences (LOG)

Résumé

FR  |  
EN

Le copépode cyclopoïde Paracyclopina nana joue un rôle clé dans les chaînes trophiques des milieux aquatiques de l'Asie orientale. Il présente une petite taille au stade adulte (600 μm), un cycle de vie court, une fécondité élevée et peut être facilement cultivé sous une salinité moyenne (15 psu) et dans une large gamme de températures. Son génome entier a également été récemment séquencé, assemblé et annoté. Tous ces atouts lui confèrent un double potentiel très intéressant pour les recherches en cours : en tant qu’organisme d’essai pour l’évaluation des risques associés aux polluants aquatiques (bioindicateur), et en tant que proie vivante en culture de masse pour l’alimentation des larves de poissons en aquaculture.Dans le cadre de ce projet de thèse, nous avions pour objectifs : (i) de tester le potentiel productif et qualitatif de P. nana en aquaculture en lien avec la nature du régime de micro-algues ingérées ; (ii) d'établir le profil de P. nana en tant que modèle écotoxicologique au moyen de tests d'exposition à des contaminants métalliques.Les effets de sept régimes de micro-algues différents constitués de Rhodomonas salina (R), Tisochrysis lutea (T) et Pavlova lutheri (P) sur la productivité de P. nana en culture ont été explorés. Les régimes R+T et R ont induit la plus forte croissance de population et l’investissement reproductif des femelles ovigères le plus élevé. Ces mêmes régimes ont également généré la plus forte teneur en acides gras totaux chez les copépodes, et la plus forte teneur en monosaccharides totaux a été trouvée chez les copépodes nourris avec R+T+P. Les résultats globaux ont montré que tous les régimes incluant R. salina entraînaient une augmentation de la productivité de P. nana, en particulier en association avec T. lutea dans un régime mixte.Une autre étude a examiné les effets du cadmium (Cd), du cuivre (Cu) et du nickel (Ni) sur deux sous-populations de P. nana. Une première expérience menée sur une culture classique de P. nana a montré une diminution de la croissance de population, mais une bioaccumulation croissante des métaux chez les copépodes. Le Cd était également accumulé davantage lorsqu'il était seul que dans le mélange avec Cu et Ni, confirmant l'hypothèse de la concurrence des métaux démontrée récemment chez un copépode calanoïde. Une seconde expérience réalisée sur une culture de P. nana déjà exposée à une concentration plus élevée de Cu depuis plusieurs générations a révélé un impact moindre sur la croissance de la population et une accumulation de métaux plus faible dans les copépodes. L'augmentation des concentrations de métaux dans l’eau expérimentale a reflété la dépuration se produisant chez cette population chargée en métaux et déjà acclimatée à leur exposition.Ces résultats sont les premiers montrant que R. salina est une micro-algue appropriée à une culture de masse productive de P. nana pour son utilisation en tant que proie vivante pour l’aquaculture des larves de poissons marins, et investiguant les paramètres influant sur les capacités de bioaccumulation de P. nana en réponse aux métaux dans les écosystèmes aquatiques contaminés.