Thèse soutenue

Les réseaux hispanistes français au début du XXème siècle : coopérations savantes et relations culturelles, France-Espagne-Amériques (1890-1930)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Dario Varela Fernandez
Direction : Nathalie RichardIrina Podgorny
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire
Date : Soutenance le 04/11/2019
Etablissement(s) : Le Mans
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sociétés, temps, territoires (Angers)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Temps, Mondes, Sociétés (2015-...)
Laboratoire : Temps- Mondes- Sociétés / TEMOS

Résumé

FR  |  
EN

L'objectif de ce travail est d'étudier de manière novatrice les origines de l'hispanisme français. Une étude approfondie des premières revues savantes relevant du domaine de l'hispanisme (Revue Hispanique, Bulletin Hispanique, Revue de l'Amérique Latine) révèle le fonctionnement de ces entreprises et le rôle joué par plus de six-cents collaborateurs pour la période 1890-1930. Ces informations ont été croisées avec l'étude des publications et des correspondances publiées et manuscrites. 4.804 articles et comptes rendus, 529 ouvrages et 1.712 lettres échangées entre hispanistes ont été consultés dans 25 institutions de sept pays (France, Espagne, Argentine, Chili, Colombie, Mexique, États-Unis). Ces documents permettent de construire une prosopographie des acteurs et de mener une analyse de leurs réseaux, donnant un aperçu des relations savantes et du poids de chacun au sein du nouveau domaine. L'étude des correspondances autorise aussi à entrer dans le contenu des échanges entre les hispanistes français et leurs homologues européens et américains. Ce travail met en lumière les centres d'intérêts des différents acteurs, leurs appartenances à des groupes divers, leurs motivations, leurs idées politiques, leurs accords et leurs désaccords lorsqu'il s'agit de définir ce qu'est un hispaniste. La thèse révèle que l'hispanisme français est à ses origines un domaine où deux pôles académiques (Bordeaux-Toulouse et Paris) et un pôle extra universitaire s'opposent et tentent d'imposer leur vision de l'avenir du domaine.