Thèse soutenue

Une vision chinoise sur l’Afrique : sociogenèse du champ d’expertise sur l’Afrique en Chine

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Martina Bassan
Direction : Richard Balme
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Science politique. Relations internationales
Date : Soutenance le 30/01/2019
Etablissement(s) : Paris, Institut d'études politiques
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale de Sciences Po (Paris ; 1995-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre de recherches internationales (1952-.... ; Paris)
Jury : Président / Présidente : Karoline Postel-Vinay
Examinateurs / Examinatrices : Richard Balme, Chris Alden, Jean-Pierre Cabestan, Tatiana Carayannis, Jean-Jacques Gabas, Pierre Grosser
Rapporteurs / Rapporteuses : Chris Alden, Jean-Pierre Cabestan

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse analyse l’évolution de l’expertise chinoise en Afrique et l’émergence d’un champ des études africaines « aux caractéristiques chinoises » au XXIe siècle. Elle décrit le développement des savoirs sur l’Afrique en Chine et identifie les facteurs qui ont influencé la constitution d’un système d’expertise sur les questions africaines dans le pays depuis l’époque maoïste. Ce travail explore également les conditions et les motivations des chercheurs chinois experts de l’Afrique, les formes de légitimation et de diffusion de l’expertise auxquelles ils font recours, ainsi que les formes de leur engament. Elle montre comment ils en sont venus à légitimer et à diffuser leur expertise vis-à-vis du gouvernement chinois en se constituant comme une communauté épistémique. Enfin, une étude de leurs productions intellectuelles et des pratiques discursives révèle que les experts chinois de l’Afrique ont développé au cours du XXIe siècle de nouvelles stratégies d’intervention intellectuelle, dans l’objectif de soutenir la politique étrangère de la Chine en Afrique et cela en reliant les initiatives de développement Afrique-Chine à une « perspective globale » plus large et en offrant une alternative réaliste aux modèles Nord-Sud qui dominent le modèle de gouvernance libéral. En analysant la manière dont la connaissance est produite, assimilée et réélaborée par la communauté des experts chinois sur l’Afrique, cette étude explore non seulement le contenu et les caractéristiques des savoirs sur l’Afrique en Chine, mais met aussi en évidence les schémas narratifs et l’importance des récits comme sources de pouvoir dans la construction — ou la contestation — des relations entre les acteurs du système international.