Thèse soutenue

Analyse de la structure du caillot en conditions physiologiques et pathologiques

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Landry Seyve
Direction : Benoît Polack
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biotechnologie, instrumentation, signal et imagerie pour la biologie, la médecine et l'environnement
Date : Soutenance le 13/12/2019
Etablissement(s) : Université Grenoble Alpes (ComUE)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale ingénierie pour la santé, la cognition, l'environnement (Grenoble ; 1995-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Techniques de l’ingénierie médicale et de la complexité - Informatique, mathématiques et applications (Grenoble)
Jury : Président / Présidente : Pierre Bouzat
Examinateurs / Examinatrices : Benoît Polack, Sophie Susen, Pierre Morange, Thomas Lecompte
Rapporteurs / Rapporteuses : Sophie Susen, Pierre Morange

Résumé

FR  |  
EN

Physiologiquement, le caillot sanguin a pour fonction l’arrêt d’un saignement consécutif à une brèche vasculaire. Dans un premier temps, ce sont les plaquettes sanguines qui stoppent l’épanchement sanguin, rapidement soutenues par la formation d’un réseau de fibres de fibrine qui consolide et confère au caillot les propriétés nécessaires pour résister à la pression sanguine et à la fibrinolyse. Le fibrinogène est l’élément de base du réseau de fibrine. Lors d’une brèche vasculaire, la libération de facteur tissulaire entraine le déclenchement de la cascade de coagulation qui aboutit à la transformation du fibrinogène en monomères de fibrine par l’action de la thrombine. Ceux-ci s’agrègent longitudinalement pour former des protofibrilles, puis latéralement pour former un réseau de fibres de fibrine.A ce jour, de nombreuses étapes de formation du caillot ont été décrites en détail dans la littérature, cependant les mécanismes et les forces motrices de l’agrégation latérale des protofibrilles sont encore mal compris.Lors de ce travail, nous avons étudié différents profils de coagulation : de l’hypo-coagulant à l’hypercoagulant, en passant par le profil normal et en utilisant un panel varié de techniques : génération de thrombine, génération de plasmine, Fibrinographie, Fibrinographie en mode « fibrinolyse », microscopie confocale, thromboélastométrie et diffraction des rayons X aux petits angles.Nous avons mis en évidence la relation entre la quantité de thrombine présente lors de la formation d’un caillot et la structure de celui-ci. En effet, Plus il y a de thrombine, plus le nombre de protofibrilles par fibre est faible et plus le nombre de fibres est important. De plus, nous avons corrélé le temps d’initiation de l’agrégation latérale des fibres en Fibrinographie avec l’initiation de la génération de plasmine. Nous avons ainsi mis en évidence la production d’une structure du caillot de fibrine anormale en présence de dabigatran, grâce à l’utilisation combinée de la microscopie confocale et de la Fibrinographie.Cette analyse multimodale de la structure du caillot dans différentes conditions apporte des informations supplémentaires à la communauté scientifique, pour permettre de mieux comprendre les mécanismes de formation des caillots de fibrine.