Thèse soutenue

Ordonnancement d’une Simulation de Systeme Cyber-Physique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Henrick Deschamps
Direction : Pierre SironJanette Cardoso
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Informatique et Télécommunications
Date : Soutenance le 15/07/2019
Etablissement(s) : Toulouse, ISAE
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Mathématiques, informatique et télécommunications (Toulouse)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Équipe d'accueil doctoral Modélisation et ingénierie des systèmes (Toulouse, Haute-Garonne)
Laboratoire : Institut supérieur de l'aéronautique et de l'espace (Toulouse, Haute-Garonne). Département d’ingénierie des systèmes complexes
Jury : Président / Présidente : Thierry Soriano
Examinateurs / Examinatrices : Pierre Siron, Janette Cardoso, Thierry Soriano, Claudia Frydman, Hans Vangheluwe
Rapporteurs / Rapporteuses : Thierry Soriano, Claudia Frydman

Résumé

FR  |  
EN

Les travaux menés dans cette thèse de doctorat s’inscrivent dans le cadre d’un effort pluslarge d’automatisation des systèmes de simulation industriels. Dans l’industrie aéronautique,et plus particulièrement au sein d’Airbus, l’application historique de la simulation est laformation des pilotes. Il existe aussi des utilisations plus récentes dans la conception desystèmes, ainsi que dans l’intégration de ces systèmes. Ces dernières utilisations exigent untrès haut degré de représentativité, là où historiquement le plus important était le ressenti dupilote. Les systèmes sont aujourd’hui divisés en plusieurs sous-systèmes qui sont conçus, implémentéset validés indépendamment, afin de maintenir leur contrôle malgré l’augmentationde leurs complexités et la réduction des temps de mise sur le marché. Airbus maîtrise déjà lasimulation de ces sous-systèmes, ainsi que leurs intégrations en simulation. Cettemaîtriseest empirique, les spécialistes de la simulation reprennent l’ordonnancement d’intégrationsprécédentes, et l’adaptent à une nouvelle intégration. C’est un processus qui peut parfois êtrechronophage, et qui peut introduire des erreurs. Les tendances actuelles de l’industrie sont à la flexibilité des moyens de production, àl’intégration d’outils logistiques permettant le suivi, à l’utilisation d’outils de simulation enproduction, et à l’optimisation des ressources. Les produits sont de plus en plus souvent desitérations d’anciens produits améliorés, et les tests et simulations intégrés à leurs cycles de vie.Travailler de manière empirique dans une industrie qui nécessite de la flexibilité estune contrainte, et il est aujourd’hui important de facilement modifier des simulations. Laproblématique est donc de mettre en place des méthodes et outils permettant a priori degénérer des ordonnancements de simulations représentatifs.Afin de répondre à ce problème, nous avons mis en place une méthode permettant de décrireles composants d’une simulation, la manière dont cette simulation pourra être exécutée,ainsi que des fonctions permettant de générer des ordonnancements. Par la suite, nous avonsimplémenté un outil afin d’automatiser la recherche d’ordonnancement, en se basant sur desheuristiques. Enfin nous avons testé et vérifié notre méthode et outils sur des cas d’étudesacadémiques et industriels.