Faire connaître le monde au XVIe siècle : traductions et appropriations des savoirs sur le monde dans la France de la Renaissance

par Oury Goldman

Thèse de doctorat en Histoire et civilisations

Sous la direction de Jean-Frédéric Schaub et de Antonella Romano.


  • Résumé

    Au cours de la période moderne, le mouvement d'expansion européenne dans le monde s'est accompagné d'une intensification des circulations de biens et d'individus à des échelles jusqu'alors inédites. Dès le XVIe siècle, l'expansion ibérique a contribué à modifier le rapport que les Européens entretenaient avec le globe et a suscité une production d'une vaste gamme d'écrits et de textes, dont certains ont été imprimés et par la suite traduits dans diverses langues européennes. L'examen des processus de traductions en français, publiées à Lyon et Paris autour des années 1550, de plusieurs ouvrages traitant des « nouveaux mondes » et des « lointains » de l'Europe (entre autres ceux de Gonzalo Fernández de Oviedo, de Fernão Lopes de Castanheda, de Paolo Giovio ou de Giovanni Battista Ramusio) permet d'explorer les modalités par lesquelles se construit de manière locale et située un savoir renouvelé sur le monde. En se focalisant sur l'ensemble du processus de traduction, depuis sa fabrique sociale jusqu'à ses multiples appropriations matérielles comme intellectuelles, il devient possible de comprendre comment on fait connaître le monde dans la France du XVIe siècle.

  • Titre traduit

    Making the world known in the 16th century : translations and appropriations of knowledge about the world in Renaissance France


  • Résumé

    During the early modern era, the european overseas expansion intensified the circulation of goods and people around the World. From the 16th century, the Iberian expansion contributed to change the relationship between the Europeans and the terrestrial globe and was followed by the production of a vast array of texts and materials, which were sometimes printed, and then translated into a variety of European languages. By examining various translations intro French, published in Paris and Lyon around 1500, of some sixteenth century accounts of the « New Worlds » and other « foreign lands » (among others the writings of Gonzalo Fernández de Oviedo, Fernão Lopes de Castanheda, Paolo Giovio or Giovanni Battista Ramusio), the thesis reviews the way through which a renewed knowledge of the world is locally produced. By focusing on the entire translation process, from production to its multiple appropriation, it becomes possible to understand how one makes the world known in sixteenth-century France.


Le texte intégral de cette thèse n'est pas accessible en ligne.
Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.