Organiser les étudiants. Mobilisations collectives et formation d'un groupe social (Allemagne et France, 1880-1914)

par Antonin Dubois

Thèse de doctorat en Histoire et civilisations

Sous la direction de Gérard Noiriel et de Katja Patzel-Mattern.

Le président du jury était Bénédicte Zimmermann.

Le jury était composé de Gérard Noiriel, Katja Patzel-Mattern, Bénédicte Zimmermann, Christophe Charle, Lutz Raphael, Jacob Vogel.

Les rapporteurs étaient Christophe Charle, Lutz Raphael.


  • Résumé

    Cette thèse s’attache à comprendre comment, d’individus rattachés entre eux par une inscription bureaucratique à un établissement d’enseignement supérieur, les étudiants en France et en Allemagne ont pu devenir un groupe social, dont les membres sont reliés entre eux par des organisations, qui cherchent à défendre leurs intérêts et besoins spécifiques. Le tournant des années 1870-1880 marque dans les deux pays un changement majeur, celui d’une autorisation et d’une acceptation grandissante des organisations étudiantes par les pouvoirs publics, tant universitaires et politiques. Ce changement est retracé dans la longue durée, par l’étude des répressions politiques des mouvements étudiants et de la transformation de la relation entre étudiants et État-nation (en construction) depuis le début du XIXe siècle. Ces organisations étudiantes constituent des instances de socialisation. Il s’agit autant pour leurs membres d’acquérir des compétences politiques pratiques, que de compléter leurs cursus universitaires grâce à des conférences ou à des groupes ou encore qu’à renforcer leurs corps par des exercices physiques. Une lutte concurrentielle s’établit entre elles autour d’un grand nombre d’enjeux entre les années 1870/80 et la Première Guerre mondiale, période plus spécifiquement étudiée dans cette thèse : représentation des étudiants, relations avec les pouvoirs publics, insertion dans l’espace urbain universitaire, insertion dans la société élitaire locale et nationale, obtention d’avantages matériels et intellectuels pour les membres, développement d’une sociabilité commune. Par ces concurrences, les étudiants contribuent à la formation d’un espace social qui leur est propre et que nous avons appelé espace des organisations étudiantes. Par l’analyse de cet espace social et par un intérêt constant au rapport des étudiants à la politique et à l’État-nation, il est possible de comprendre comment la place et le rôle des étudiants dans l’université et la société a été transformée au tournant des XIXe et XXe siècles et, partant, comment ils ont pu former un groupe social.

  • Titre traduit

    Organizing students. Collective mobilisations and the formation of a social group (Germany and France, 1880-1914)


  • Résumé

    This thesis aims to understand how, from individuals linked through bureaucratic en-rolment at a higher learning institution, students were able to become in France and in Germany, a social group, whose members are bound together by organizations seeking to defend their specific interests and needs. The end of the 1870s and the beginning of the 1880s mark a decisive change in both countries, as public authorities – from the universities as well as from the political powers – increasingly authorize and accept the existence of student organizations. This change is traced over the long term, through the study of political repression of the student movements and of the transformation of the relation between students and the nation-state (in construction) since the beginning of the 19th century. These student organizations are socialization bodies. For their members, it is as much a matter of acquiring practical political competences as it is of completing their university curricula thanks to conferences or working groups or of strengthening their masculine bodies through physical activities. A competitive struggle begins between student organizations around a number of issues between the 1870s and until First World War, the period that is more specifically analysed in this thesis: student representation; relationship with public au-thorities; integration into the university urban space; integration into the local and national elite society; obtaining material and intellectual benefits for the members; developing common sociability forms. Through this competition students contribute to the formation of a social space of their own, and that we have named student organization space. Through the analysis of this social space and through a constant interest in the relationship of students to politics and the nation-state, it is possible to understand how the place and the role of students in university and society was transformed at the turn of the 19th to the 20th century and, therefore, how they could form a social group.


Il est disponible au sein de la bibliothèque de l'établissement de soutenance.

Autre version

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2021 par Éditions du croquant à Vulaines-sur-Seine

Organiser les étudiants : socio-histoire d'un groupe social : Allemagne et France, 1880-1914


Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : École des hautes études en sciences sociales. Thèses.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.

Consulter en bibliothèque

Cette thèse a donné lieu à une publication en 2021 par Éditions du croquant à Vulaines-sur-Seine

Informations

  • Sous le titre : Organiser les étudiants : socio-histoire d'un groupe social : Allemagne et France, 1880-1914
  • Dans la collection : Sociologie historique
  • Détails : 1 vol. (368 p.)
  • Notes : Thèse soutenue en co-tutelle.
  • ISBN : 978-2-365-12263-4
  • Annexes : Notes bibliogr.
La version de soutenance de cette thèse existe aussi sous forme papier.

Où se trouve cette thèse\u00a0?

Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.