Thèse soutenue

Effet de la vitamine D sur les marqueurs métaboliques et la fonction musculaire : étude chez des sujets libanais âgés, normo-pondéraux ou obèses

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Cynthia El Hajj
Direction : Stéphane Walrand
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Nutrition
Date : Soutenance le 21/05/2019
Etablissement(s) : Université Clermont Auvergne‎ (2017-2020)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale des sciences de la vie, santé, agronomie, environnement (Clermont-Ferrand)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Unité de nutrition humaine (Clermont-Ferrand)
Jury : Président / Présidente : Corinne Malpuech-Brugere
Examinateurs / Examinatrices : Catherine Féart Couret, Christelle Guillet
Rapporteurs / Rapporteuses : Marc Bonnefoy, Jean-François Landrier

Résumé

FR  |  
EN

Le rôle principal de la vitamine D est de contrôler l'homéostasie phosphocalcique de l’organisme. Les études observationnelles récentes ont montré que la vitamine D est également capable de réguler la sécrétion d'insuline et la sensibilité à l'insuline, jouant ainsi un rôle important dans la régulation de l'homéostasie du glucose. De plus, il a été montré que la vitamine D exerce un effet sur la santé musculaire. A titre d’exemple, un déficit en vitamine D influence négativement la masse et la fonction musculaires chez les personnes âgées. Il est à noter que selon certaines études, la correction d’une déficience en vitamine D est capable d’améliorer la fonction contractile et la force musculaires dans cette population. En outre, le niveau d'activité physique diminue avec l'âge, ce qui affecte négativement la masse et les capacités musculaires, et conduit à une prise de poids, principalement sous forme de masse grasse. Or, des études ont révélé que les personnes âgées en surpoids étaient caractérisées par des concentrations sanguines de vitamine D plus basses, une masse et une force musculaire plus faibles comparativement à une population de référence de même âge.Aussi l’objectif principal de la thèse était d’évaluer les effets d’un apport complémentaire de vitamine D sur l’homéostasie du glucose et l’indice de résistance à l’insuline, ainsi que sur la masse musculaire appendiculaire (ASMM) et la force musculaire chez des personnes âgées normo-pondérales ou en surpoids. Ces travaux sont basés sur un essai contrôlé randomisé, réalisé en simple aveugle. En termes de résultats, nous avons montré qu’un apport de vitamine D chez des sujets âgés normo-pondéraux ou en surpoids ayant de faibles statuts a permis d’améliorer à court terme la glycémie à jeun et les marqueurs de résistance à l'insuline. L’augmentation du taux sérique de 25-hydroxyvitamine D [25 (OH) D] après la complémentation a entraîné une baisse significative des taux d’insuline à jeun et de l’indice HOMA-IR. Nous avons pu identifier une corrélation entre de faibles concentrations sériques de [25 (OH) D] et une diminution de la tolérance au glucose et un risque accru de diabète de type 2.Concernant les marqueurs musculaires, nous avons observé qu'une complémentation en vitamine D influençait bénéfiquement la masse musculaire appendiculaire et la masse grasse chez les hommes et les femmes âgés en surpoids. Cependant, nous n'avons trouvé aucun effet significatif sur la force musculaire. Nous avons également relevé que les sujets âgés sarcopéniques en surpoids étaient caractérisés par un taux sérique de [25 (OH) D] inférieur au départ de l’étude. De plus, l’augmentation de la masse musculaire après un apport de vitamine D restait inférieure à celle des sujets normo-pondéraux.Ce travail de thèse montre qu’il semble nécessaire de surveiller le statut en vitamine D chez le sujet âgé surtout lorsqu’il est en surpoids.