Thèse soutenue

Représentation plastique de l'écrivain (1648-1778) : répertoire et études

FR  |  
EN  |  
ES
Auteur / Autrice : Rocío Cárdenas Luna
Direction : Jean-Marc BuiguèsPedro Ruiz Pérez
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Études hispaniques et hispano-américaines
Date : Soutenance le 23/12/2019
Etablissement(s) : Bordeaux 3 en cotutelle avec Universidad de Córdoba (Cordoue, Espagne)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Montaigne-Humanités (Pessac, Gironde ; 2007-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : AMERIBER-Amérique latine, Pays ibériques (Pessac, Gironde)
Etablissement d'accueil : Universidad de Córdoba (Cordoue, Espagne)
Jury : Président / Présidente : Pierre Civil
Examinateurs / Examinatrices : Jean-Marc Buiguès, Pedro Ruiz Pérez, Mercedes Comellas Aguirrezábal, Carine Herzig, Ignacio García Aguilar
Rapporteurs / Rapporteuses : Pierre Civil, Mercedes Comellas Aguirrezábal

Résumé

FR  |  
EN  |  
ES

La thèse doctorale que nous présentons s’appuie sur l’utilisation du portrait d’écrivains comme stratégie de reconnaissance de l’auteur en Espagne, dans la période comprise entre 1648 et 1778. La complexité que suppose la récupération du concept de la notion d’auteur est reflétée par le fonctionnement du champ littéraire et les mécanismes établis par l’institutionnalisation de la littérature. Nous menons cette recherche travers une proposition de développement méthodologique en nous basant sur le terrain de la sociologie des réseaux de marché. L’étude s’inscrit dans le cadre de la cotutelle internationale entre l’Université de Cordoue et l’Université de Bordeaux Montaigne, dont les codirecteurs sont le Professeur Pedro Ruiz Pérez (PHEBO-SILEM) et le Professeur Jean-Marc Buiguès (AMERIBER). La thèse possède un très fort caractère interdisciplinaire puisqu’elle mêle les méthodologies de la Littérature, des Beaux-Arts et des Humanités Numériques. La recherche se situe dans un cadre bien déterminé qui considère comme inébranlable le lien entre l’art et les lettres qui trouve son origine au Siècle d’Or, uni aux développements technologiques, au sein de la création des nouvelles trames de sociabilité dans l’environnement littéraire. Elle s’inscrit de cette façon autour d’un ensemble de travaux dont ressortent deux aspects fondamentaux. D’une part, la constitution d’un répertoire de portraits d’auteurs qui a pour origine Le Parnasse de Quevedo et comme fin Le Parnasse des portraits de López de Sedano. D’autre part, différentes études de cas où les auteurs que nous prenons pour référence s’articulent autour de la conformation du canon comme stratégie de positionnement de l’auteur depuis la représentation artistique. Nous comparons ces axes principaux de l’étude avec les portraits antérieurs à la date qui prennent pour point de départ Le Livre des portraits de Pacheco (1599-1644), et d’autre part, avec les portraits postérieurs, qui mettent un point final à la galerie des portraits d’auteur de 1780.