L'édification d'une gendarmerie nationale au Gabon, 1945-1969

par Sidina Noël Mvou Kounta

Thèse de doctorat en Histoire moderne et contemporaine

Sous la direction de Claire Laux.

Soutenue le 11-06-2019

à Bordeaux 3 , dans le cadre de École doctorale Montaigne-Humanités (Pessac, Gironde) , en partenariat avec Les Afriques dans le monde (Pessac, Gironde) (laboratoire) .

Le président du jury était Bénédicte Thibaud.

Le jury était composé de Claire Laux, Wilson-André Ndombet, Arnaud-Dominique Houte, Benoît Haberbusch.

Les rapporteurs étaient Wilson-André Ndombet, Arnaud-Dominique Houte.


  • Résumé

    La Gendarmerie nationale gabonaise est une des plus anciennes institutions militaires du Gabon moderne. Elle est chargée d'assurer la défense de l'intégrité du territoire national, le maintien de l'ordre public et la sécurité des personnes et des institutions. L'étude historique de cette force militaire montre que sa construction est indissociable de celle de l'État. Elle est non seulement le témoin sûr de l'évolution de cet État depuis 1945, mais elle participe également par son rôle à sa fabrication. Les deux institutions sont des legs de la colonisation française. La gendarmerie gabonaise est aussi une œuvre de la coopération militaire franco-gabonaise. Sa création officielle remonte au 30 décembre1960, quatre mois après l'accession du Gabon à l'indépendance. L'héritage de la gendarmerie de l'Afrique équatoriale française, qui sert de base à sa mise sur pied, est composé des unités territoriales et mobiles (brigades, postes, pelotons), des hommes, des règlements ainsi que des équipements et des infrastructures. La France intervient dans le cadre de la coopération militaire pour son organisation, l’encadrement et la formation des hommes, puis l'aide matérielle et financière. Mais, loin d'être évidente, l'édification de la Gendarmerie nationale gabonaise s'est effectuée dans des conditions marquées par les ambiguïtés de la politique française mêlant stratégies d'influence et actions de progrès. À cela s'ajoute, la complexité des rapports des autorités politiques gabonaises avec les premières élites militaires. Ces faits, qui altèrent quelque peu sa constitution et ses liens avec l'État, n'empêchent pas au Gabon d'organiser une gendarmerie selon le modèle français et de l'employer comme outil de la construction de l’État.

  • Titre traduit

    The construction of a national gendarmerie in Gabon, 1945-1969


  • Résumé

    The National Gendarmerie of Gabon is one of the oldest military institutions in modern Gabon. It is responsible for the defense of national territory integrity, for maintaining public order and for the security of persons and institutions. The historical study of this military force shows that its construction is inseparable from that of the state. It is not only the sure testimony of the path of this state since 1945, but also participates by its role for the construction and formation of the Gabon state. Both institutions are legacies of French colonization. The Gendarmerie Gabon is also a product of military cooperation between France and Gabon. Its official creation dates back to December 30, 1960, four months after the independence of Gabon. The legacy of the gendarmerie of the French Equatorial Africa (L’Afrique Équatoriale Française), that serves as the basis for its establishment, is composed of territorial and mobil units (brigades, posts, platoons), men, different legal tools, as well as technical equipment and infrastructure. The French Republic intervenes in the context of military cooperation for its organization, supervision and training of its human resources. This is also followed by material and financial aid. Nevertheless, far from being obvious, the construction of the Gabonese National Gendarmerie was carried out under conditions marked by the ambiguities of French politics, merging strategies of influence in the national politics with some progressive actions. Furthermore, it is important to add that the construction of the Gabonese Gendarmerie was accompanied with the complexity of the relations between the Gabonese political authorities and the military elites. These facts, which slightly alter its constitution and links with the Gabonese state, do not prevent Gabon from organizing a gendarmerie according to the French model and using it as tool for the construction of the state.

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Bordeaux Montaigne. Service Commun de la Documentation. Bibliothèque numérique.
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.