Thèse soutenue

Open Innovation : le rôle des coopérations dans l’innovation

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Samih Atmane
Direction : Isabelle LiotardEgidio Luis Miotti
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences économiques
Date : Soutenance le 06/02/2018
Etablissement(s) : Sorbonne Paris Cité
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Érasme (Villetaneuse, Seine-Saint-Denis)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre d'écononomie de Paris Nord
Etablissement de préparation : Université Sorbonne Paris Nord (Bobigny, Villetaneuse, Seine-Saint-Denis ; 1970-....)
Jury : Président / Présidente : Hugues Jennequin
Examinateurs / Examinatrices : François Moreau, Philippe Barbet
Rapporteurs / Rapporteuses : Valérie Revest-Arliaud, Julien Pénin

Résumé

FR  |  
EN

Cette thèse a pour objet d’appréhender le comportement innovant des entreprises françaises, à l’heure de l’innovation ouverte et collaborative. Au-delà de cet objectif, la présente étude est élargie pour inclure l’analyse du processus d’innovation dans les firmes industrielles argentines.Au regard de nos résultats, il s’avère que les entreprises ont des besoins et des capacités à coopérer (et donc à ouvrir leur processus d’innovation) variables. Au-delà du fait de coopérer, les entreprises sont intéressées par des partenaires différents, ce qui renvoie à des objectifs et des contenus de coopération différents.Nos estimations économétriques ont permis de confirmer un lien positif entre l’ouverture et la performance en matière d’innovation. De plus, nos résultats suggèrent que l’ouverture du processus d’innovation est positivement et significativement associée à l’utilisation des moyens d’appropriation formels.Notre analyse des pôles de compétitivité en tant que forme organisationnelle fondée sur l’innovation ouverte et collaborative, a permis de comprendre la façon dont les interactions entre les acteurs publics et privés au sein du pôle de compétitivité « Advancity » leur permettent de mobiliser des ressources cognitives pour innover. En outre, cette analyse montre que la participation aux projets des pôles de compétitivité augmente l’intensité des activités R&D des entreprises concernées.L’étude comparative du comportement innovant des entreprises manufacturières argentines et françaises met en lumière que l’investissement en R&D interne est le principal déterminant des innovations de produit et de procédé dans les deux pays. Par ailleurs, nos résultats mettent en évidence les difficultés que rencontrent les entreprises industrielles argentines pour coopérer. En effet, la nature des partenaires concernés par la collaboration en R&D est plus diversifiée dans le cas de la France (en comparaison avec l’Argentine). Ceci illustre plus largement, dans une certaine mesure, le faible développement des réseaux d'innovation dans le secteur manufacturier argentin et que la dynamique d’innovation ouverte et collaborative en Argentine reste encore limitée.