Thèse soutenue

Impact des virus influenza aviaire faiblement pathogènes sur la réponse immune du poulet en réponse aux Escherichia coli pathogènes aviaires

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Damien Garrido
Direction : Catherine Schouler
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de la vie. Immunologie
Date : Soutenance le 17/12/2018
Etablissement(s) : Tours
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Santé, Sciences Biologiques et Chimie du Vivant (Centre-Val de Loire ; 2012-....)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Infectiologie et santé publique (Tours)
Jury : Président / Présidente : Isabelle Dimier-Poisson
Examinateurs / Examinatrices : Mustapha Si-Tahar, Jacques Mainil
Rapporteurs / Rapporteuses : Mariette Ducatez, Gaëlle Kuntz-Simon

Résumé

FR  |  
EN

Les interférons (IFNs) de type I sont largement produits en réponse aux infections virales. Chez les mammifères, une forte réponse IFN de type I serait responsable de la sensibilisation de l’hôte aux surinfectons bactériennes, notamment via l’altération des fonctions des cellules phagocytaires. Chez les volailles, la colibacillose est la pathologie bactérienne la plus répandue et son apparition pourrait être favorisée par une primo infection virale. Il est suspecté que des virus influenza aviaires faiblement pathogènes (LPAIVs) induisant des infections asymptomatiques circuleraient largement au sein des élevages avicoles. L’objectif de ce travail a été d’étudier le rôle des IFNs de type I potentiellement produits lors des infections par les LPAIVs sur le développement de la colibacillose chez le poulet. Leurs rôles ont été étudiés sur des macrophages in vitro, sur des coupes de poumons ex vivo et enfin in vivo sur animaux. Nos résultats montrent que les IFNs de type I modulent la réponse pro-inflammatoire des macrophages in vitro. Cependant, ils ne sont pas détectés ex vivo et in vivo à la suite d’une infection par un LPAIV, ceci permettant peut-être d’expliquer pourquoi in vivo une préinfection par les LPAIVs n'ont pas rendue les volailles plus sensible à la colibacillose.