Thèse soutenue

Processus de permanence dans la fabrique urbaine : contribution d'une pratique de design in situ à l'émergence du lieu anthropologique

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Amandine Langlois
Direction : Denis Martouzet
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Aménagement
Date : Soutenance le 30/11/2018
Etablissement(s) : Tours
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences de la Société : Territoires, Économie et Droit (Centre-Val de Loire ; 2018-....)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Cités Territoires Environnement et Sociétés (Tours ; 2004-....)
Jury : Président / Présidente : François Mancebo
Examinateurs / Examinatrices : Nathalie Brevet
Rapporteurs / Rapporteuses : Jac Fol, Agnès Berland-Berthon

Résumé

FR  |  
EN

La nécessaire transition écologique incite à la transformation des pratiques de projets urbain. Le processus de permanence, dans une approche écosophique (Guattari, 1989) du design, propose l’immersion prolongée du designer dans le lieu du projet et favorise cette mise en réseau des opportunités locales. La permanence est une pratique qui s’insère dans un système de production urbaine établi et qui consiste pour le designer (urbaniste, architecte, paysagiste ou designer d’espace) intégré à un projet urbain en cours, à demeurer, pendant une longue durée, d’une à plusieurs années, sur le site du projet. Le processus de permanence favorise l’émergence du lieu anthropologique par la pratique d’un design in situ (valorisation de l’existant du lieu) ; design in tempore (développement d’un écosystème d’actions incrémentales) ; design in hospite (diversification des formes possibles de participation). Les designers permanents (Hallauer, 2017), réalisent sur place des fabrications dans le but de susciter des situations de projet auprès des habitants à travers des dispositifs de convivialité (Illich, 1973) et en cherchant à favoriser l’empowerment (Bacqué & Biewener, 2013) habitant.