Thèse soutenue

Vers une dissémination efficace de données volumineuses sur des réseaux wi-fi denses

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Lyes Hamidouche
Direction : Pierre SensSébastien Monnet
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Informatique
Date : Soutenance le 21/06/2018
Etablissement(s) : Sorbonne université
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Informatique, télécommunications et électronique de Paris
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : LIP6 (1997-....)
Jury : Président / Présidente : Maria Potop-Butucaru
Examinateurs / Examinatrices : Christophe Cérin
Rapporteurs / Rapporteuses : Gabriel Antoniu, Vivien Quéma

Résumé

FR  |  
EN

Face à la prolifération des technologies mobiles et à l’augmentation du volume des données utilisées par les applications mobiles, les périphériques consomment de plus en plus de bande passante. Dans cette thèse, nous nous concentrons sur les réseaux Wi-Fi denses comme cela peut être le cas lors d’événements à grande échelle (ex: conférences, séminaire, etc.) où un serveur doit acheminer des données à un grand nombre de périphériques dans une fenêtre temporelle réduite. Dans ce contexte, la consommation de bande passante et les interférences engendrées par les téléchargements parallèles d’une donnée volumineuse par plusieurs périphériques connectés au même réseau dégradent les performances. Les technologies de communication Device-to-Device (D2D) comme Bluetooth ou Wi-Fi Direct permettent de mieux exploiter les ressources du réseau et d’améliorer les performances pour offrir une meilleure qualité d’expérience (QoE) aux utilisateurs. Dans cette thèse nous proposons deux approches pour l’amélioration des performances de la dissémination de données. La première approche, plus adaptée à une configuration mobile, consiste à utiliser des connexions D2D en point-à-point sur une topologie plate pour les échanges de données. Nos évaluations montrent que notre approche permet de réduire les temps de dissémination jusqu’à 60% par rapport à l’utilisation du Wi-Fi seul. De plus, nous veillons à avoir une répartition équitable de la charge énergétique sur les périphériques afin de préserver les batteries les plus faibles du réseau. Nous avons pu voir qu’avec la prise en compte de l’autonomie des batteries et de la bande passante, la sollicitation des batteries les plus faibles peut être réduite de manière conséquente. La deuxième approche, plus adaptée à des configurations statiques, consiste à mettre en place des topologies hiérarchiques dans lesquelles on regroupe les périphériques par clusters. Dans chaque cluster, un périphérique est élu pour être le relais des données qu’il recevra depuis le serveur et qu’il transmettra à ses voisins. Cette approche permet de gérer plus efficacement les interférences en adaptant la puissance du signal afin de limiter la portée des clusters. Dans ce cas, nous avons observé jusqu’à 30 % de gains en temps de dissémination. Dans la continuité des travaux de cette thèse, nous discutons de plusieurs perspectives qu’il serait intéressant d’entreprendre par la suite, notamment l’adaptation automatique du protocole de dissémination à l’état du réseau et l’utilisation simultanée des deux types de topologie plate et hiérarchique.