Thèse soutenue

Regard sur les paysages des sociétés hydrauliciennes du Moyen-Orient à travers les techniques de médiation identifiables à Nizwa (Oman) : aflaj et qanât

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Fairouz Megdiche
Direction : Rachid Ragala
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Hommes, espaces, temps, ressources, environnement
Date : Soutenance le 12/10/2018
Etablissement(s) : Sorbonne université en cotutelle avec Université de Sousse (Tunisie)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale de Géographie de Paris. Espace, sociétés, aménagement (Paris)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre d'analyse et de mathématique sociales (Paris ; Marseille)
: Institut des régions arides (Tunisie)
Jury : Président / Présidente : Abid Sebei
Examinateurs / Examinatrices : Mohamed Moussa
Rapporteurs / Rapporteuses : Thierry Saint-Gérand, Slaheddine Khlifi

Résumé

FR  |  
EN

Les aflaj sont des techniques anthropiques typiques d’acquisition et de distribution de l’eau en Oman. Ils constituent un héritage national et mondial ; leur gestion comme système de propriété communautaire privée a déjà construit une certaine intégrité quant à la gestion de la ressource et des institutions connexes. Nous proposons d’étudier ces systèmes, spécifiquement dans la wilayat de Nizwa, car nous faisons l’hypothèse qu’ils sont à l’origine du paysage culturel repéré. Nous proposons de cerner, selon des regards croisés, les deux réalités, matérielle et sociale, de ce paysage. Nous avons eu recours à l’analyse spatiale et spatio-temporelle du paysage de la zone d’étude par des moyens de repérage et de caractérisation des composantes de la surface basés sur la télédétection spatiale multispectrale associée à une bonne connaissance de terrain, et à l’évaluation du « regard social », qui engage essentiellement les forces humaines, par le biais d’une enquête au près de la population vivant en Oman. Comme principaux résultats, nous avons effectué une lecture descriptive multi-dates des composantes du paysage de la wilayat de Nizwa, ce qui nous a permis d’identifier une certaine traçabilité de l’évolution dans le temps des composantes anthropiques du paysage. Concernant la réalité sociale du paysage, nous avons établie des analyses statistiques des données de l’enquête qui nous ont renseignées sur des données socio-économiques spécifiques aux aflaj, des données socioculturelles concernant les pratiques et la perception et des données sur les comportements à incidence environnementale et qui peuvent, entre autres, menacer la survie de ces systèmes.