Thèse soutenue

« Saugatāśrama », un āśrama bouddhique à Angkor (Ong Mong)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Socheat Chea
Direction : Édith Parlier-Renault
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Théorie et pratique de l'archéologie
Date : Soutenance le 16/06/2018
Etablissement(s) : Sorbonne université
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Histoire de l’art et archéologie (Paris ; 1992-....)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Centre de Recherches sur l’Extrême Orient de Paris-Sorbonne (Paris)
Jury : Président / Présidente : Michel Rethy Antelme
Examinateurs / Examinatrices : Bruno Bruguier, Christophe Pottier, Edward Swenson

Résumé

FR  |  
EN

À l’ombre des grands temples d’Angkor, la découverte en 1920 d’un petit édicule à stèle nommé Prasat Ong Mong dut paraître un peu anecdotique à son auteur, Henri Marchal. Pourtant, les travaux de George Cœdès, de Georges Trouvé et plus tard de Christophe Pottier allaient montrer que ce petit édifice appartenait à une fondation bouddhique importante, le Saugatāśrama, l’un des quatre grands āśrama fondés par Yaśovarman Ier à la fin du IXe siècle et, que loin d’être isolé, il était implanté au sein d’une vaste enceinte rectangulaire.Curieusement, bien que les textes comme les dimensions du site laissaient présager qu’il s’agissait d’une fondation importante et dynamique, en l’absence de fouille, nous n’en avions jusqu’à présent qu’une vision très partielle. Le culte des divinités, le logement et l’approvisionnement d’une communauté, l’enseignement, la copie de manuscrits, etc. sont pourtant autant d’activités nécessitant un équipement et des infrastructures nombreuses et diversifiéesEn reprenant les archives, en proposant une nouvelle analyse des inscriptions et en confrontant ces sources aux données que nous avons collectées au cours de trois campagnes de fouille, nous nous proposons de faire la lumière sur ce Saugatāśrama. Nous essayons notamment de déterminer les activités qui y prenaient place, les infrastructures qui le caractérisaient et les différentes phases de son occupation, tout en le comparant aux autres Yaśodharāśrama d’Angkor afin de vérifier s’ils suivaient le même plan, quelle que soit leur obédience.Ce travail constitue une étape indispensable pour la compréhension des āśrama de Yaśovarman Ier, grande fondation royale répétitive entreprise au moment de l’installation de la capitale à Yaśodharapura / Angkor et pendant une période charnière pour la constitution de l’empire khmer.