Thèse soutenue

Logiques d'utilisation des MOOC en entreprise au prisme des capabilités

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Jean Conde
Direction : Éric BruillardYolaine Bourda
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de l'éducation
Date : Soutenance le 10/12/2018
Etablissement(s) : Université Paris-Saclay (ComUE)
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences de l'Homme et de la société (Sceaux, Hauts-de-Seine ; 2015-2020)
Partenaire(s) de recherche : établissement opérateur d'inscription : École normale supérieure Paris-Saclay (Gif-sur-Yvette, Essonne ; 1912-....)
Laboratoire : Sciences techniques éducation formation (Cachan, Val-de-Marne)
Jury : Examinateurs / Examinatrices : Éric Bruillard, Yolaine Bourda, Bernard Blandin, Anca Boboc
Rapporteurs / Rapporteuses : Jean-François Orianne, Fabienne Maillard

Résumé

FR  |  
EN

Encouragés voire financés par la commission européenne et par les pouvoirs publics français, les MOOC, en tant que formations flexibles, accessibles à tous et potentiellement certifiantes, font figure de réponse idéale aux injonctions à la formation permanente, portées par les politiques de « flexisécurité » en Europe. En court-circuitant les instances historiques de la formation professionnelle en France, les plates-formes de MOOC facilitent l’accès à la formation et apparaissent comme un moyen pour l’individu d’exprimer sa « liberté » dans « le choix de son avenir professionnel », objectifs affichés des dernières réformes de la formation professionnelle. Mais faute de régulation collective, d’encadrement pédagogique et juridique, le risque est grand de voir l’exercice de ces libertés réservé aux individus les plus autonomes, qui sont également les mieux dotés d’un point de vue sociologique, et ce notamment dans l’entreprise. À partir de l’approche par les capabilités d’A.Sen, cette thèse identifie les facteurs favorisant ou entravant l’accès, le suivi et la conversion des MOOC en pouvoir d’agir réel pour les salariés. Pour y parvenir, a été mise en œuvre une méthodologie mixte fondée sur des enquêtes incluant observations de terrain et entretiens semi-directifs, auprès de participants et de décideurs de la formation dans l’entreprise. Elle met, d’une part, en évidence le fait que les utilisations de MOOC dans les entreprises font l’objet d’importantes inégalités socioindividuelles et, d’autre part, que leur caractère informel tend à renforcer la position de l’employeur dans les négociations conduisant à la répartition des responsabilités relatives à la formation des salariés. Nous proposons, enfin, une typologie des configurations d’utilisation des MOOC. Cette recherche montre que malgré le caractère récent et non institué du phénomène, il est d’ores et déjà possible de distinguer plusieurs logiques typiques, plus ou moins capacitantes, d’utilisation des MOOC dans les entreprises.