Thèse soutenue

Dynamiques locales et construction territoriale : approche socio-anthropologique du processus de développement local dans la Commune rurale de Fandène (Thiès – Sénégal)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Joseph Diop
Direction : Jean-Yves DartiguenaveMartin Robitaille
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sociologie
Date : Soutenance le 29/03/2018
Etablissement(s) : Rennes 2
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sociétés, temps, territoires (Angers)
Partenaire(s) de recherche : COMUE : Université Bretagne Loire (2016-2019)
Laboratoire : Laboratoire interdisciplinaire de recherche en innovations sociétales
Jury : Président / Présidente : Emmanuel Jovelin
Examinateurs / Examinatrices : Fatou Diop Sall, Pascal Glémain
Rapporteurs / Rapporteuses : Josiane Stoessel-Ritz, Fatou Diop Sall

Résumé

FR  |  
EN

Comment rendre compte du rapport dialectique entre la densité des interactions sociales et la construction du développement dans un système d’action local que peut constituer le territoire ? Voilà une question centrale à laquelle tente de répondre notre thèse. La problématique du développement local est posée au regard des processus portés par des acteurs de tout ordre, inscrits dans des contextes de construction de leur territoire. La Commune rurale de Fandène est un laboratoire riche en matière d’expérimentation de pratiques de développement, favorable à l’étude pour toucher le local, l’acteur et pour pénétrer dans le coeur de l’action, des situations sociales enfouies ; là où logiques d’action et stratégies d’acteurs s’enchevêtrent au quotidien des projets et initiatives de développement. Ainsi, la socioanthropologie du développement s’est révélée utile pour aborder ces questions et a favorisé l’utilisation de l’approche systémique pour analyser les interactions dans les organisations locales (GIE, GPF), entre ces dernières et les organismes de développement (ONG) d’une part ; les motivations des acteurs à prendre part à l’action dite de développement, d’autre part. Avec des observations, entretiens et questionnaires, l’enquête de terrain a permis de récolter des informations sur les acteurs, les relations sociales créées, dont l’analyse a permis entre autres, un début, incomplet certes mais intéressant, de « profilage » de certains acteurs, en se basant sur les motifs et intentions de participation à l’action collective.