Thèse soutenue

L'inégalité des conditions et le mythe des élites. Réflexion sur les imaginaires sociaux du Chili contemporain.

FR  |  
EN  |  
ES
Auteur / Autrice : Rachel Theodore
Direction : Gilles BataillonManuel Antonio Garretón
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Etudes politiques
Date : Soutenance le 11/12/2018
Etablissement(s) : Paris Sciences et Lettres (ComUE) en cotutelle avec Universidad de Chile
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale de l'École des hautes études en sciences sociales
Partenaire(s) de recherche : établissement de préparation de la thèse : École des hautes études en sciences sociales (Paris ; 1975-....)
Jury : Président / Présidente : François Dubet
Examinateurs / Examinatrices : François Dubet, Kathya Araujo, Émmanuelle Barozet

Résumé

FR  |  
EN

Cette réflexion est une étude des imaginaires sociaux des sociétés modernes. En repartant de l’idéal égalitaire qui a engendré les sociétés d’Europe et d’Amérique du Nord, nous analysons le cas de l’Amérique latine et en particulier du Chili. Nous proposons une définition du concept de Tocqueville, « l’égalité des conditions », théorisée comme l’imaginaire social structurant des sociétés du nord. Par effet de miroir, nous démontrons que le principe qui a structuré les sociétés d’Amérique latine est, à l’inverse, un imaginaire d’« inégalité des conditions ». Cet imaginaire puise ses racines dans l’inégalité de considération entre les hommes, générant et reproduisant des pratiques sociales et des institutions inégales, notamment à partir d’un facteur racial originel. En analysant ces imaginaires sociaux de façon empirique, nous reconstituons ces deux imaginaires au sein de la société chilienne contemporaine. La recherche a mis en évidence que la matérialisation de l’imaginaire inégalitaire au sein du social se traduit principalement par le classisme et le mythe des élites, une idée partagée par toutes les classes sociales sur la supériorité des élites. Cependant, cet imaginaire central est aujourd’hui remis question par l’avènement d’un imaginaire périphérique, l’imaginaire égalitaire-individualiste, qui remet en question les structures hiérarchiques et verticales au niveau des interactions microsociales, des relations entre groupes sociaux ainsi que les institutions centrales.