Thèse soutenue

Déficience cognitive et parentalité : point de vue des parents : remaniements intrapsychiques, intersubjectifs et représentations des dispositifs de soutien

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Sabine Chatroussat
Direction : Régine Scelles
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychologie
Date : Soutenance le 20/12/2018
Etablissement(s) : Paris 10
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Connaissance, langage, modélisation (Nanterre, Hauts-de-Seine ; 1992-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : CLInique PSYchanalyse Développement (2014-... ; Nanterre) - Clinique- Psychanalyse- Développement / CliPsyD
Jury : Président / Présidente : Aubeline Vinay
Examinateurs / Examinatrices : Régine Scelles, Aubeline Vinay, Ouriel Rosenblum, Marcela Gargiulo, Gilles Séraphin, Benoît Bayle
Rapporteurs / Rapporteuses : Ouriel Rosenblum, Marcela Gargiulo

Résumé

FR  |  
EN

Contexte : La parentalité est une période de remaniements intrapsychiques et intersubjectifs. En s’appuyant sur une approche clinique, l’objectif de cette thèse est d’analyser, à partir du discours de parents, ce qu’ils vivent, et ce qui, selon eux, aide ou nuit au déroulement de leur processus de parentalisation. Méthode : Trois corpus sont analysés :1. 12 entretiens semi-directifs de recherche.2. 37 questionnaires sur les parents et le devenir de leurs enfants remplis par des professionnels.3. 2 études de cas de parents analysées à partir d’un entretien semi-directif et d’un suivi de soutien dans le cadre d’une pratique professionnelle.Résultats : La thèse met en évidence l’hétérogénéité de ces situations de parentalité ainsi que les entraves et ressources mobilisées. Les enfants doivent souvent recevoir des aides parfois importantes et précoces par des dispositifs médicaux, éducatifs ou par l’aide sociale à l’enfance. Les processus de parentalité sont impactés par un regard social stigmatisant, des relations familiales insuffisamment étayantes, des réseaux sociaux retreints et des modalités d’accompagnement mal structurées. Face à ces entraves, les parents peuvent de manière diverses se saisir, solliciter des aides et doivent parfois s’adapter à des dispositifs peu lisibles et insuffisamment coordonnés. Les limites et intérêts de la méthodologie utilisée, l’impact des positions contre-transférentielles sont discutés. Conclusion : Le processus de parentalisation est problématique dans ces situations et nécessiterait que les parents soient davantage écoutés et que les aides proposées soient mieux structurées, plus lisibles et compréhensibles pour eux.