Thèse soutenue

Processus développementaux impliqués dans l’évolution de la néophobie alimentaire chez le jeune enfant

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Virginie Soulet
Direction : Natalie Rigal
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Psychologie
Date : Soutenance le 18/12/2018
Etablissement(s) : Paris 10
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Connaissance, langage, modélisation (Nanterre, Hauts-de-Seine ; 1992-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : CLInique PSYchanalyse Développement (2014-... ; Nanterre) - Clinique- Psychanalyse- Développement / CliPsyD
Jury : Président / Présidente : Gérard Leboucher
Examinateurs / Examinatrices : Natalie Rigal, Gérard Leboucher, Sandrine Monnery-Patris, Benoît Schneider, Véronique Abadie
Rapporteurs / Rapporteuses : Sandrine Monnery-Patris, Benoît Schneider

Résumé

FR  |  
EN

La néophobie alimentaire est une réticence à goûter et/ou le rejet des aliments inconnus. Elle a une incidence négative sur la variété du répertoire alimentaire de l’enfant et sur le climat familial lors des repas. L’objectif de notre étude, qui se situe dans une perspective développementale, est de répondre à trois questions concernant cette conduite qui demeurent insuffisamment traitées dans la littérature scientifique : 1/ la néophobie alimentaire émerge-t-elle brusquement à 2 ans ; 2/ si oui, quels sont les processus développementaux à l’origine de cette évolution ? ; 3/ quels liens la néophobie alimentaire entretient-elle avec la sélectivité alimentaire (réticence à goûter des aliments familiers) et l’alimentation difficile (rejet d’aliments inconnus et familiers, assorti de fortes préférences alimentaires) ?Via l’utilisation de questionnaires, nous avons évalué : 1/ la néophobie alimentaire en termes de prévalence et d’intensité ; 2/ les compétences développementales susceptibles d’expliquer son évolution dans les sphères motrice, praxique, linguistique et psycho-affective ; ces compétences ont été sélectionnées sur la base d’arguments temporel (évolution synchrone) et fonctionnel (liens théorique et psychologique) ; 3/ les conduites avec lesquelles elle est fréquemment confondue, à savoir la sélectivité alimentaire et l’alimentation difficile. Notre échantillon principal s’est trouvé composé de 432 sujets âgés de 3 à 60 mois. Nos résultats ont indiqué que la néophobie alimentaire constituait une période normale du développement de l’enfant. La prévalence de la néophobie alimentaire était de 57 % et associée à une intensitée modérée entre 3 et 6 mois ; elle augmentait de manière importante en termes de prévalence et d’intensité entre 19 et 36 mois, concernant 90 % des enfants à cet âge, puis elle se stabilisait jusqu’à 60 mois. Suivant cette évolution, nous avons proposé un modèle développemental de la néophobie alimentaire comprenant deux phases : 1/ une néophobie primaire commune aux nourrissons et aux animaux, liée à la perception de la nouveauté d’une texture ou d’une flaveur et sous-tendue par des processus de pensée intuitifs ; 2/ une néophobie secondaire, liée aux acquisitions réalisées par les enfants aux alentours de 2 ans, reposant largement sur l’aspect visuel des aliments et impliquant des traitements cognitifs plus élaborés. Nous n’avons pas identifié les processus développementaux à l’origine de son évolution entre 19 et 36 mois. Plusieurs explications méthodologiques et théoriques ont été envisagées pour expliquer cette absence de résultat telles que l’existence d’une phase intermédiaire dans l’acquisition des compétences ou l’implication d’autres mécanismes psychologiques ou neurobiologiques non mesurés dans cette recherche. De plus, nous avons constaté une intrication des processus développementaux mesurés aux alentours de 2 ans. Tous les progrès réalisés par l’enfant sur une courte période semblent converger dans une même direction, celle de l’autonomie : une autonomie à la fois motrice, avec l’acquisition de la marche et de la capacité à se nourrir seul, et une autonomie psychique, avec l’acquisition de la conscience de soi et l’entrée en phase d’opposition. Dans ce cadre, le développement du langage permettrait à l’enfant d’exprimer son individualité à travers l’affirmation de ses goûts et de ses besoins. La capacité à exprimer des demandes verbales et l’acquisition de la conscience de soi ont d’ailleurs été les compétences approchant le plus des critères de validation d’hypothèse. De ce fait, nous pouvons nous demander si l’augmentation de la néophobie alimentaire aux alentours de 2 ans vise à protéger l’enfant d’un éventuel empoisonnement à un moment où il devient de plus en plus autonome et/ou si elle reflète simplement des tentatives d’individuation.