Mémoire et (re)construction d'histoires individuelles, familiales et collectives (approches photographiques)

par Alejandro Erbetta

Thèse de doctorat en Esthétique, Science et Technologie des Arts

Sous la direction de François Soulages.

Soutenue le 23-10-2018

à Paris 8 , dans le cadre de École doctorale Esthétique, sciences et technologie des arts (Saint-Denis, Seine-Saint-Denis) , en partenariat avec Arts des images et art contemporain (équipe de recherche) .

Le président du jury était Christine Delory-Momberger.

Le jury était composé de François Jeune, Leonor Arfuch.


  • Résumé

    Dans une époque qui manifeste une exacerbation de la représentation de soi (àtravers les réseaux sociaux notamment), notre objet d'étude propose uneréflexion sur la mémoire et la reconstruction d'histoires dans les pratiquesartistiques. Utilisant comme point de départ une production photographiquepersonnelle (Reprises), nous proposons une articulation entre théorie etcréation, dans une dialectique qui part de l'analyse des oeuvres personnelles,pour établir un dialogue avec des théoriciens et des oeuvres contemporainestraitant ces problématiques. Dans ce type de démarches rétrospectives quiréinterprètent le passé, les artistes travaillent à partir des traces matérielles etmnésiques, telles les images d'albums de famille, les archives, les documents oules témoignages. Mêlant des univers esthétiques différents dans une nouvelleunité, ils font coexister leurs propres images avec des sources existantes, des viesdisparues avec leurs propres existences. Leurs oeuvres deviennent alors unerecréation artistique et postulent un espace narratif singulier qui évoque unepoétique de la mémoire. Partielles et fragmentaires, elles donnent à voir unrécit reconfiguré par l'imaginaire et le montage. Elles dépassent le champstrictement photographique et ouvrent leur langage au dialogue avec les autresarts, prenant la forme d'oeuvres hybrides. Quelle relation établir entre mémoire,reconstruction et identité, entre histoire individuelle et histoire collective ? Si lepassé est métamorphosé, comment le reconstruire ?

  • Titre traduit

    Memory and (re)construction of individuals, family and collective histories (photographical approches)


  • Résumé

    In a time of exacerbation of the self-representation (through the socialnetworks, among other things), our subject of study proposes a reflection onmemory and the reconstruction of histories in the artistic practices. Using as astarting point a personal photographical work (Reprises), we propose a linkbetween theory and creation, in a dialectic that starts from the analysis ofpersonal works, to establish a dialogue with theorists and contemporaryartworks dealing with these issues. In this kind of retrospective approaches thatreinterpret the past, the artists work from the material and memory traces, suchas the images of family albums, archives, documents, or testimonies. Mixingdifferent esthetical universes in a new unity, they make coexist their ownimages with existing sources, disappeared lives with their own existences. Theirworks thus become a artistic re-creation and postulate a special narrative spacewhich evokes a poetics of the memory. Partial and fragmentary, they show anarrative reconfigured by the imaginary and the editing. They exceed thestrictly photographical field and open their language to the dialogue with otherarts, taking the form of hybrid artworks. What relation can be set betweenmemory, reconstruction and identity, between individual and collectivehistory ? If the past is being transformed, how to rebuild it ?

Consulter en bibliothèque

La version de soutenance existe

Où se trouve cette thèse\u00a0?

  • Bibliothèque : Université Paris 8-Vincennes Saint-Denis (Sciences humaines et sociales-Arts-Lettres-Droit). Service Commun de la Documentation. (Saint-Denis) .
Voir dans le Sudoc, catalogue collectif des bibliothèques de l'enseignement supérieur et de la recherche.