Thèse soutenue

Ontologie naturalisée et ingénierie des connaissances

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : David Zarebski
Direction : Max Kistler
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Philosophie
Date : Soutenance le 15/11/2018
Etablissement(s) : Paris 1
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Philosophie (Paris ; 1998-....)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Institut d'histoire et de philosophie des sciences et des techniques (Paris ; 1932-....)
Laboratoire : Institut d'histoire et de philosophie des sciences et des techniques (Paris ; 1932-....)
Jury : Président / Présidente : Jean-Baptiste Rauzy
Examinateurs / Examinatrices : Max Kistler, Roberto Casati, Pierre Wagner, Barry Smith
Rapporteurs / Rapporteuses : Jean-Paul Delahaye

Mots clés

FR  |  
EN

Résumé

FR  |  
EN

«Qu’ai-je besoin de connaître minimalement d’une chose pour la connaître ?» Le fait que cette question aux allures de devinette s’avère cognitivement difficile à appréhender de par son degré de généralité explique sans peine la raison pour laquelle son élucidation demeura plusieurs millénaires durant l’apanage d’une discipline unique : la Philosophie. Dans ce contexte, énoncer des critères à même de distinguer les composants primitifs de la réalité – ou le "mobilier du monde" – ainsi que leurs relations revient à produire une Ontologie. Cet ouvrage s’attelle à la tâche d’élucider le tournant historique curieux, en apparence anodin, que constitue l’émergence de ce type de questionnement dans le champ de deux disciplines connexes que constituent l’Intelligence Artificielle et l’Ingénierie des Connaissances. Nous montrons plus particulièrement ici que leur import d’une forme de méthodologie ontologique appliquée à la cognition ou à la représentation des connaissances ne relève pas de la simple analogie mais soulève un ensemble de questions et d’enjeux pertinents tant sur un plan appliqué que spéculatif. Plus spécifiquement, nous montrons ici que certaines des solutions techniques au problème de la data-masse (Big Data) – i.e. la multiplication et la diversification des données en ligne – constitue un point d’entrée aussi nouveau qu’inattendu dans de nombreuses problématiques traditionnellement philosophiques relatives à la place du langage et des raisonnements de sens commun dans la pensée ou encore l’existence d’une structuration de la réalité indépendante de l’esprit humain.