Thèse soutenue

Émergence et développement des sociétés agricoles au Néolithique acéramique (Xe-VIIIe millénaires av. n. ère) : étude archéobotanique de Dja'de El-Mughara et Tell Aswad, Syrie

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Carolyne Douché
Direction : Pascal ButterlinMargareta Tengberg
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Archéologie
Date : Soutenance le 15/01/2018
Etablissement(s) : Paris 1
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Archéologie (Paris ; 1990-....)
Partenaire(s) de recherche : Equipe de recherche : Archéologies et sciences de l'Antiquité (Nanterre ; 1999-....)
Jury : Président / Présidente : Manon Savard
Examinateurs / Examinatrices : Pascal Butterlin, Margareta Tengberg, George Willcox, Danielle Stordeur
Rapporteurs / Rapporteuses : Amy Bogaard, Juan José Ibáñez Estévez

Résumé

FR  |  
EN

Au Proche-Orient, le Néolithique acéramique (12200-8400 cal BP) correspond à une période de changements sociétaux qui se caractérisent principalement par le mode de vie sédentaire et la mise en place de nouvelles stratégies de subsistance. Bien que les pratiques agricoles et l’élevage aient probablement été initiées en parallèle, les indices de l’agriculture sont les premiers à se manifester, notamment à travers le développement d’un cortège de plantes adventices et la perte progressive de la déhiscence chez l’orge et les blés vêtus. L’objectif de ce travail est de mieux cerner cette période fondamentale de changements, à travers l’étude archéobotanique de deux sites emblématiques. Dja’de el-mughara (10700-10200 cal BP) et Tell Aswad (9800-8400 cal BP), respectivement localisés au nord et au sud de la Syrie, sur le Moyen Euphrate et en Damascène. Les deux sites ont déjà fait l’objet d’analyses mais la présente étude porte sur un nombre beaucoup plus important d’échantillons, issus de fouilles récentes, ayant bénéficié de nouvelles recherches et datations. Elle permet ainsi de revoir certaines interprétations, de comparer le processus d’émergence de l’agriculture dans les deux régions et de restituer les pratiques associées à l’échelle locale, grâce à la nature et la composition des assemblages ainsi que leur distribution sur les sites.