Thèse soutenue

Mobilités urbaines et données en ligne pour l'étude des maladies vectorielles à Delhi (Inde) et Bangkok (Thaïlande)

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Alexandre Cebeillac
Direction : Alain VaguetEric Daudé
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Geographie
Date : Soutenance le 17/10/2018
Etablissement(s) : Normandie
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Homme, sociétés, risques, territoire (Rouen)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Identité et différenciation de l'espace, de l'environnement et des sociétés (Mont-Saint-Aignan, Seine-Maritime ; 2008-....)
Etablissement de préparation de la thèse : Université de Rouen Normandie (1966-....)
Jury : Examinateurs / Examinatrices : Alain Vaguet, Eric Daudé, Lena Sanders, Thomas Thévenin, Didier Josselin, Isabelle Thomas, Sonia Chardonnel, Thomas Louail
Rapporteurs / Rapporteuses : Lena Sanders, Thomas Thévenin

Résumé

FR  |  
EN

Des maladies vectorielles émergentes, comme la dengue, aggravent les crises de santé publique dans les mégapoles asiatiques de Bangkok (Thaïlande) et Delhi (Inde). Les liens entre les moustiques et l’environnement urbain ont été documentés mais la compréhension des mobilités humaines, en tant qu’élément primordial de diffusion des virus, reste un objet de recherche d'intérêt général à développer.En l'absence de données institutionnelles adaptées, notre recherche s'est d'abord orientée vers des enquêtes de terrain, puis sur la collecte, le traitement, la comparaison et la critique de données provenant d'acteurs majeurs d'Internet (Twitter, Facebook, Google, Microsoft). Leur potentiel varie selon les zones géographiques, mais elles permettent d'éclairer l'organisation et la structure des villes étudiées. De plus, elles font ressortir les temporalités et les interactions intra-urbaines. Toutefois, il semble encore difficilement envisageable de se passer de connaissances acquises in situ. En utilisant le concept d'espace d'activité, nous proposons une méthode permettant de produire des agendas individuels synthétiques, générés à partir de données Twitter et d'enquêtes de terrains. Il s'agit là d'une première étape dans l'élaboration d'un modèle de mobilité individu-centré à base d'agents.