Thèse soutenue

L'école Internationale d'Enseignement Infirmier Supérieur (Lyon, 1965-1995) : fabrique d'une élite et creuset pour l'émancipation des infirmières françaises du XXe siècle

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Michel Poisson
Direction : Christian Chevandier
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Histoire
Date : Soutenance le 19/10/2018
Etablissement(s) : Normandie
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Normandie Humanités (Mont-Saint-Aignan, Seine-Maritime)
Partenaire(s) de recherche : établissement de préparation : Université du Havre (1984-....)
Laboratoire : Identité et différenciation de l'espace, de l'environnement et des sociétés (Mont-Saint-Aignan, Seine-Maritime ; 2008-....)
Jury : Président / Présidente : Salvador Juan
Examinateurs / Examinatrices : Christian Chevandier, Salvador Juan, Manuela Martini, Philippe Rygiel, Ljiljana Jovic
Rapporteurs / Rapporteuses : Manuela Martini, Philippe Rygiel

Résumé

FR  |  
EN

En 1960, après 40 années de professionnalisation, les infirmières françaises étaient dotées d’un modèle original de profession fortement structuré et témoignant d’une qualification qui avait indéniablement gagné en épaisseur. La Grande Guerre et ses prolongements avaient favorisé la pénétration en France du prototype professionnel anglo-américain. Même si cette influence fut limitée, en 1960 le modèle français était comparable en de nombreux points à l’historique modèle anglais et à son successeur américain. En revanche, les infirmières françaises ne connaissaient à cette date ni les perspectives de carrière de leurs collègues, ni le chemin de l’Université alors impensable. La création de l’EIEIS à Lyon en 1965 offrit cette possibilité à un petit nombre d’entre elles et constitua une extraordinaire opportunité pour le développement de la profession en France. L’élite très active formée grâce à cette institution œuvra à la modification des représentations de la profession chez les médecins, les universitaires, les directeurs d’hôpitaux et les politiques. Elle contribua aussi à changer les pratiques et le rapport au monde des infirmières françaises qui inventèrent même un mouvement revendicatif original à la fin des années 1980. Enfin, cette École établit les bases d’un développement disciplinaire des soins infirmiers en France. Unique en son genre, elle ferma en 1995, faute des moyens nécessaires au maintien de son activité. Le New public management, de plus en plus présent à l’hôpital, privilégia la rationalisation des organisations et leur gestion strictement comptable, au détriment des considérations sur le développement académique des soins infirmiers en France.