Thèse soutenue

Expérimentation d'un dispositif de justice restaurative pour mineurs : les difficultés de l'implantation d'un nouveau modèle

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Otangba Jean Philippe Djoman
Direction : Philippe Mazereau
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de l'éducation
Date : Soutenance le 12/12/2018
Etablissement(s) : Normandie
Ecole(s) doctorale(s) : Centre interdisciplinaire de recherche normand en éducation et formation (Caen ; 2017-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre interdisciplinaire de recherche normand en éducation et formation (Caen ; 2017-....)
établissement de préparation : Université de Caen Normandie (1971-....)
Jury : Président / Présidente : Thierry Piot
Examinateurs / Examinatrices : Philippe Mazereau, Robert Cario, Philip Milburn, Jessica Filippi
Rapporteurs / Rapporteuses : Robert Cario, Philip Milburn

Résumé

FR  |  
EN

Cette recherche décrit et analyse le processus de mise en œuvre d’un dispositif de justice restaurative au sein du système de justice des mineurs. Le projet s’inscrit dans la politique générale du Ministère de la justice et particulièrement de celle de la Direction territoriale de la protection judiciaire de la jeunesse (DTPJJ). Il est l’un des premiers à être expérimenté sur le plan national avec pour objectif la tenue de conférences restauratives, c’est-à-dire des rencontres en face à face entre infracteurs et victimes, accompagnés de leurs proches et en présence d’un facilitateur ou médiateur. L’expérimentation a associé deux entités du Ministère de la justice, le tribunal de grande instance de Caen et le Service Territorial éducatif de milieu ouvert (STEMO) et trois entités du milieu associatif que sont l’ACJM, le CIDFF qui sont des services d’aide aux victimes et l’Association de thérapie familiale systémique (ATFS).L’expérimentation n’a pu déboucher que sur une seule conférence restaurative entre un jeune, auteur d’un vol avec effraction dans une école et la directrice de cet établissement. Elle a abouti à la conclusion d’un plan de réparation proposé par le mineur et accepté par la victime puis consigné dans un rapport et validé par le médiateur.Le présent travail restitue les enseignements d’une immersion par participation active aux différentes phases du projet, depuis la signature du protocole initial jusqu’aux différentes réunions de bilan du processus. Cette implication, assise sur les enseignements tirés de ma participation antérieure à un programme de justice restaurative en Côte d’Ivoire, m’a permis d’effectuer une enquête ethnographique approfondie.Après avoir situé les enjeux socio-politiques liés à l’implantation internationale de pratiques de justice restaurative et restitué les enseignements de mon expérience Ivoirienne, j’analyse le déroulement de l’expérience caennaise dans un cadre théorique ouvert référé à la sociologie de la traduction et aux économies de la grandeur.Cet ensemble vient selon moi documenter la question suivante : peut-on, malgré les lenteurs et difficultés inhérentes à l’instauration d’une innovation sociale telle que la justice restaurative parier sur les effets bénéfiques d’une rencontre médiée entre les protagonistes d’une infraction ?