Thèse soutenue

Détection et évaluation de la contamination métallique dans des échantillons environnementaux complexes

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Anna Hua
Direction : Gérald ThouandMarie-José Durand-ThouandMickaël Cregut
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Génie des procédés
Date : Soutenance le 02/07/2018
Etablissement(s) : Nantes
Ecole(s) doctorale(s) : Sciences de l'ingénierie et des systèmes (Centrale Nantes)
Partenaire(s) de recherche : COMUE : Université Bretagne Loire (2016-2019)
Laboratoire : Génie des Procédés Environnement – Agroalimentaire (GEPEA) (Saint-Nazaire)
Jury : Président / Présidente : Christian Mustin
Examinateurs / Examinatrices : Christian Mougin, Christophe Cordella

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Mots clés libres

Résumé

FR  |  
EN

Dans le but de caractériser la pollution métallique dans l’environnement, seules des analyses chimiques exhaustives sont réalisées. Alors que celles-ci sont sensibles et spécifiques, le manque d’informations concernant la biodisponibilité des polluants présents rend l’information incomplète. Pour remédier à ce problème, des bactéries détectrices ont été développées. Permettant la quantification de la fraction biodisponible d’un polluant et l’évaluation de la toxicité associée, ces bioessais ont largement été utilisés au cours des deux dernières décennies. Cependant, malgré les avantages de cette technique, les études reportent leur manque de spécificité, limitant ainsi leurs applications environnementales. Cette thèse cherche à établir une méthodologie d’analyse complète en vue de l’étude de la contamination métallique à destination d’échantillons environnementaux. Tout d’abord, des bioessais ont été développés pour la détection de trois métaux. Pour pallier la faible spécificité de ces souches, une analyse transcriptomique à l’échelle du génome de la bactérie E. coli a aussi été réalisée. Suite à l’établissement et à la validation de la méthodologie d’analyse d’importants jeux de données, des profils de réponse transcriptomiques spécifiques de (i) la présence de métal et de (ii) la concentration en métal ont été établis. Ceux-ci permettent de détecter les métaux et de quantifier la toxicité associée à la présence de mélanges de métaux dans divers environnements. Enfin, par le développement et le couplage des analyses biologiques et chimiques, nous avons mis en évidence le potentiel de cette méthode pour une caractérisation complète des pollutions environnementales.