Thèse soutenue

Association entre croissance des enfants prématurés en période néonatale, devenir neurologique et croissance staturale dans l'enfance

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Laure Simon
Direction : Jean-Christophe RozéDominique Darmaun
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie, médecine et santé
Date : Soutenance le 11/12/2018
Etablissement(s) : Nantes
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Biologie-Santé (Nantes)
Partenaire(s) de recherche : COMUE : Université Bretagne Loire (2016-2019)
Laboratoire : Physiopathologie des Adaptations Nutritionnelles (Nantes)
Jury : Président / Présidente : Pierre-Yves Ancel
Examinateurs / Examinatrices : Céline Julie Fischer Fumeaux
Rapporteurs / Rapporteuses : Noël Peretti, Delphine Mitanchez

Mots clés

FR

Mots clés contrôlés

Mots clés libres

Résumé

FR  |  
EN

Nous avons étudié l’impact de la qualité de croissance, mesurée par composition corporelle par pléthysmographie par déplacement d’air ou estimée par la croissance en taille des nouveau-nés prématurés en période néonatale. Les prématurés en sortie d'hospitalisation ont un pourcentage de masse grasse supérieur aux nouveau-nés à terme, lié à un défaut d'accrétion de masse maigre, plus important chez les garçons (British Journal of Nutrition 2012). Le modèle de régression linéaire pour prédire la masse maigre absolue en fonction des données périnatales est robuste (R² = 0.82). Les principaux déterminants de la masse maigre à terme sont la croissance anténatale, la croissance postnatale, l’âge gestationnel et l’âge postnatal (American Journal of Clinical Nutrition 2014). Par ailleurs, l’accrétion de masse maigre est associée au devenir neurologique à 2 ans (Journal of Pediatrics 2018). Une croissance en taille observée inférieure à la croissance attendue est statistiquement associée à un risque augmenté de développement neurologique non-optimal à 2 ans (Neonatology 2018). Il existe un impact indépendant du Z-score de taille à la naissance et de la croissance en taille néonatale sur la taille à 2 ans (Neonatology 2016). La perte de Zscore de taille pendant l’hospitalisation néonatale est associée au risque d’Indice de masse corporelle (IMC) > 90ème percentile à 15 ans, tout comme l’IMC maternel et l’augmentation d’IMC entre la sortie d’hospitalisation et 12 mois (Article en préparation). La qualité de croissance pendant l’hospitalisation néonatale des nouveau-nés prématurés est associée au devenir neurologique et à la croissance staturale à 2 ans ainsi qu’à l’IMC à 15 ans.