Thèse soutenue

Etude du polymorphisme allélique KIR pour optimiser la sélection des donneurs de greffes des cellules souches hématopoiétiques

FR
Auteur / Autrice : Bercelin Maniangou Zonzeka
Direction : Katia GagnéChristelle RetièreBerthe-Marie Imbert-Marcille
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Biologie, médecine et santé
Date : Soutenance le 22/10/2018
Etablissement(s) : Nantes
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Biologie-Santé (Nantes)
Partenaire(s) de recherche : COMUE : Université Bretagne Loire (2016-2019)
Laboratoire : Immunité innée et immunothérapie (Angers)
Jury : Président / Présidente : Antoine Toubert

Mots clés

FR

Mots clés libres

Résumé

FR  |  
EN

Les cellules Natural Killer (NK) jouent un rôle important en greffes de CSH par leur rôle antileucémique. Les fonctions cytotoxiques des cellules NK sont gouvernées principalement par les récepteurs KIR spécifiques des molécules HLA de classe I. Ces récepteurs inhibiteurs ou activateurs sont codés par 15 gènes KIR connus pour être polymorphes au niveau allélique. Ce polymorphisme allélique peut affecter le phénotype et la fonction des cellules NK mais reste difficile à évaluer. Dans ce projet, nous avons développé une approche de séquençage-nouvelle-génération (NGS) pour déterminer les allèles de tous les gènes KIR de donneurs de sang. Les résultats ont montré la fiabilité de notre approche NGS.KIR pour le typage allélique KIR. Le polymorphisme des allèles KIR2DL1/2/3 a été mis en lien avec le phénotype et la fonction des cellules NK. Nos résultats montrent une diversité limitée d’allèles KIR2DL1, KIR2DL2/L3 qui impactent sur le phénotype et la fonction des souspopulations NK KIR2DL+. Le polymorphisme des allèles KIR2DL1/2/3 module également les interactions des récepteurs KIR correspondants avec les molécules HLA-Cw. Ce projet de Thèse contribue à une meilleure connaissance de l’impact du polymorphisme allélique KIR sur la structuration et fonction du répertoire des cellules NK KIR+. Ces données permettront d’affiner la sélection des donneurs de greffes de CSH haplo-identiques non T déplétées pour mieux évaluer le rôle de l’alloréactivité des cellules NK KIR+ sur l’effet antileucémique. La connaissance des allèles KIR peut aussi constituer un outil diagnostic dans certaines infections virales, associations KIR-maladies ou pathologies liées à la grossesse.