Thèse soutenue

Construction et perception de la part olfactive de l'expérience de nature : complémentarité des relations cognitives, écologiques et sensorielles de la nature

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Minh-Xuan Truong
Direction : Anne-Caroline Prévot-JulliardBarbara Bonnefoy
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de la conservation
Date : Soutenance le 27/09/2018
Etablissement(s) : Paris, Muséum national d'histoire naturelle
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences de la nature et de l'Homme - Évolution et écologie (Paris ; 1995-....)
Partenaire(s) de recherche : Laboratoire : Centre des sciences de la conservation (Paris ; 2003-....)
Jury : Président / Présidente : Jean-Paul Thibaud
Examinateurs / Examinatrices : Anne-Caroline Prévot-Julliard, Barbara Bonnefoy, Jean-Paul Thibaud, Ana Paula Loureiro de Sousa, Laure Cormier, Bernard Andrieu, Enguerran Macia
Rapporteurs / Rapporteuses : Jean-Paul Thibaud, Ana Paula Loureiro de Sousa

Résumé

FR  |  
EN

L’humain moderne vit une transformation de son environnement et de son mode de vie qui impactent la façon dont il peut vivre des expériences de nature au quotidien. Or, ces expériences de nature sont d'une grande importance pour le bien-être et la santé des individus. Ce sont des phénomènes complexes, ancrés dans un contexte environnemental, mais aussi socio-culturel, qui reposent sur des composantes étroitement mêlées que sont les émotions, les souvenirs, les connaissances, mais aussi tous les stimuli sensoriels perçus. Parmi les sens mobilisés, l’odorat, de par son importance mémorielle et émotionnelle, semble jouer un rôle à part dans la relation que tisse l’humain à la nature. C’est à ce rôle de l’olfaction dans l’expérience de nature, à cette part olfactive de l’expérience, que s’intéresse cette thèse s’articulant autour de trois axes de recherches et de réflexion. Dans un premier chapitre, ce manuscrit aborde comment caractériser la part olfactive de l’expérience de nature d’un point de vue individuel. La réflexion de ce chapitre se base sur la mise en œuvre et l’analyse des réponses à un questionnaire articulant entre eux l’olfaction, l’identité et les usages sensoriels d’espaces de nature déclarés par les individus. Dans le deuxième chapitre, c’est la façon dont l’expérience olfactive de nature s’ancre dans un environnement et un contexte qui est abordée, et comment cet ancrage influence la façon dont l’individu vit et décrit son expérience olfactive. La réflexion de ce chapitre s’appuie sur des témoignages recueillis lors de parcours olfactifs commentés et des questionnaires in situ. Enfin, en se basant sur les résultats des études précédentes, le troisième et dernier chapitre s’intéresse à la façon dont l’expérience olfactive de nature peut avoir un rôle transformateur sur l’individu dans le cadre particulier des environnements restaurateurs. En guise de conclusion, ce manuscrit aborde des réflexions, des ouvertures théoriques et pratiques, et des applications que peuvent apporter les résultats du travail de thèse, notamment la place que le sensoriel, l’incarné et l’olfactif pourraient prendre à l’avenir dans la façon de penser et d’enrichir l’expérience de nature.