Thèse soutenue

Épreuves et ressources des enseignants en fin de carrière : Exemple des enseignants de collège en éducation prioritaire

FR  |  
EN
Auteur / Autrice : Dominique Zambon
Direction : Françoise Lantheaume
Type : Thèse de doctorat
Discipline(s) : Sciences de l'éducation
Date : Soutenance le 12/11/2018
Etablissement(s) : Lyon
Ecole(s) doctorale(s) : École doctorale Sciences de l'éducation, psychologie, information et communication (Lyon)
Partenaire(s) de recherche : établissement opérateur d'inscriptions : Université Lumière (Lyon ; 1969-....)
Laboratoire : ECP - Éducation, Cultures, Politiques (Lyon ; 2011-....)
Jury : Président / Présidente : Gilles Combaz
Examinateurs / Examinatrices : Daniel Frandji
Rapporteurs / Rapporteuses : Anne Jorro, Thérèse Perez-Roux

Résumé

FR  |  
EN

La thèse a pour objectif de comprendre la persistance d’enseignants en fin de carrière dans les collèges de l’éducation prioritaire. Les réformes initiées par l’action publique depuis le milieu des années 1970, dont la massification et la création des zones prioritaires, ont sensiblement modifié le métier d’enseignant. L’autonomie attribuée par l’institution aux acteurs locaux lors de la création des ZEP a permis, au collectif de travail et aux enseignants des pratiques se détachant des formats institués. La plasticité a permis aux enseignants en fin de carrière de donner une forme spécifique au métier et de prendre la forme du métier durant toute la carrière.Les entretiens semi-directifs (79 enseignants et 20 chefs d’établissement) mettent en évidence les ressources mobilisées dans les configurations où les épreuves sont nombreuses, que ce soit dans les pratiques ordinaires du travail ou dans les formes plus engagées consistant à se confronter aux épreuves. Certaines disciplines ont pu stabiliser les enseignants dans les établissements en éducation prioritaire alors que d’autres ont favorisé les départs d’enseignants. La séparation de la population en deux groupes : les 55 ans et plus et les 54 ans et moins, a fait émerger un « seuil d’âge » qui organise les départs des collèges labellisés REP. Le travail auprès d’élèves en difficulté scolaire, les contextes des banlieues, l’âge, les réformes éprouvent les enseignants et durer dans les contextes de l’éducation prioritaire devient de plus en plus difficile. La professionnalité intègre d’une part des dimensions subjectives comme le don, la composante émotionnelle du métier, la reconnaissance, et d’autre part des approches rationnelles comme la création dans le travail, les partenariats, les réseaux. Un assemblage qui a fait rester les enseignants les plus âgés. Les nouvelles générations font de l’éducation prioritaire un passage obligé. Les fins de carrière interrogent la dimension politique et posent le paradoxe, au regard des seniors de plus en plus nombreux en France, de la disparition des enseignants quinquagénaires des collèges de l’éducation prioritaire. Il y aura toujours des enseignants dans les collèges classés en REP, REP+ mais les enseignants en fin de carrière de 55 ans et plus seront de moins en moins nombreux.